08/10/2004

un petit texte de Moreau, pour les amateurs

Il faut voir ces mots, pour y croire. Il faut les voir en moi se secouer sans cesse, se gratter, se terrer, ressurgir, se retourner traqués, se méfier les uns des autres. Ils se secouent comme s’ils voulaient se débarrasser d’avance d’un cliché, d’un lieu commun, d’un manquement à la mobilité divine et à la vérité remuante.

Mes mots veulent être une fête. Mais une fête douloureuse, saignante, sans pitié pour mes fatigues, sans clémence pour mes sommeils.

 

Marcel Moreau





14:47 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

aboiement wouah wouah wouah wouah wouah wouah

j'adore ce site !

Écrit par : chien | 12/10/2004

ici on dresse les chiens
on tape dans ses mains

Moreau, l'homme qui écrit avec des mots du corps!

Écrit par : Milady Renoir | 13/10/2004

.... Les mots, c'est comme les oiseaux qui passent entre des barreaux....

Écrit par : promethee | 13/10/2004

QUALITE jé déjà eu l'okazion d'ententre suzy me lire du marcel taureau, j'ai pas tout compris mais c'est du texte de qualitté car moi aussi j'écrit pas des si joli textes que ca ! alors franchemant : BRAVO MARCEL !

Écrit par : PEKA | 11/11/2004

Les commentaires sont fermés.