26/11/2004

la roue de la fortune

emporté par la force d'un tourbillon,

entre téléphone, atelier et camions,

il chavire sur une mer insensée :

pas le temps de vivre, de rêver, de penser,

le carousel tourne, ne s'arrête jamais :

faut payer les factures

s'assurer un futur

 

toutes ces réalités disjonctées qui nous mènent à la mort

qui nous bouffent le coeur, nous abiment le corps

faut il les contourner, n'en avoir pas conscience

et se croire eternel comme un Dieu en puissance

le monde est si immense et les amis s'en vont

cancer et  souffrances sous notre ciel de plomb

mais le manège est là, c'est dur de descendre

faut tout casquer tout l'temps ou aller se faire pendre!

 

 





14:41 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.