12/07/2005

au début

au début, il y avait le rêve : la maison blanche au milieu du parc immense, les manguiers, les papayers, le chant du vents dans les bambous,
au début, il y avait la lassitude des villes cruelles et poussiéreuses sous des cieux livides, l'asphyxie des fins de mois difficiles...
au début, il y avait un prince tendre et attentif
au début c'était disneyland
le manège doux des petits bonheurs quotidiens : la nounou qui venait tendrement apporter le petit déjeuner au lit, les chapatis chaud au beurre fondu
au début il y avait l'attrait calme de la force d'inertie sous le flamboyant et l'ibis buvant à la fontaine
au début, il y avait la piste comme une cicatrice dans la latérite et l'enchantement de la Jungle, la danse des gazelles de thompson, la chasse impitoyable des lionnes et la migration des gnous dans le serengeti, le bruit fou de cavalcade  et les pietinements à la rivière, le vol des milans à la recherche  de quelques rapines
au début, je regardais les hyènes et je trouvais que tu ressemblais au lion, hieratique et fier
un jour tu es devenu hyene sur mon corps brisé, démantibulé après le choc: crissement de pneux et loi de la jungle.... je suis la proie ecartelée sur le sol rouge sur une route au milieu de nulle part
plus de prince , il est devenu crapaud, juste la  douleur et la prison aux effluves d'éther, l'enfer des blouses blanches et vertes et des questions restées sans réponse
Tu te fais rare, tu n'aimes pas les hopitaux, t'as des réunions, des "boards of directors" comme tu dis
Tu en reviens avec des chaussures crottées et les poches déformées par les balles de golf
ou tu m'envoies  courageusement le chauffeur pour voir si je n'ai "besoin de rien"
je suis un jouet cassé , relegué par la fenêtre et durant  6 longs mois, je vois un morceau de ciel
"le ciel est pardessus le toit, si bleu, si tendre..."
je ne suis plus que dépendance et solitude. sonnette accrochée au bout d'un fil et cnn en boucle à la tele
le prince  est mort, abandonnant à la consigne son bagage trop encombrant.


17:22 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.