18/07/2005

la mer morte

musique funeste et lourde

vient de violer nos silences meurtris

tu ne peux, ni ne veux m'absoudre

t'as bâti ton mépris

 

 

confite dans l'impuissance

je rends toutes les armes

au naufrage de l'enfance

un oasis de larmes

 

j'aurais tant voulu n 'être pas cette épave

je voulais être un havre

et je ne suis qu'entrave

 

le livre de la vie est déjà imprimé

les pages sont écrites

combien de temps encore

dois je payer mes erreurs

la vie passe si vite entre chagrins et peurs

 

j 'entends le glas qui sonne

j'entrevois la faucheuse

je ne suis plus personne

je n'ai été que gueuze

 

je n'ai rien pu donner

et je n'ai rien su prendre

et volent les corbeaux

sur nos vils méandres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



09:37 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

La mer motre Texte de blessures et de regrets... emprisonnement dans une histoire, une chaire, une idée de soi sans concession et sans tabou... courage de l'écrit... lucidité d'hombre et de lumière... cette lumière que tu nous offre toujours adorable et lumineuse Suzy !

Écrit par : Manolito | 26/07/2005

Les commentaires sont fermés.