30/09/2005

FLAMENCO AU MUSIC VILLAGE


 
 

 
 
 
 
 
Je rentre débordante d'émotion d'un spectacle de flamenco au Music Village
un trio de jeunes en baskets, ils auraient très bien pu interpréter rap ou rock
 
une chanteuse toute fluette
un batteur assis sur un baffle et qui l'a "alchimisé"
un guitariste classique caché sous un écran de boucles noires
 
elle :une puissance magistrale, tout son corps chantait le cante jondo
eux, timides et maladroits hors scène
et une fois à leurs instruments, divins!
UNE SOIREE OU BATTAIT LE COEUR DE L ANDALOUSIE

"Le flamenco est fortement associé aux Gitans (désignant ici les Tsiganes installés en Espagne). Les Gitans en ont fait leur blason et l'expression de l'essence de leur vie, de leur âme. Il est un film qui illustre magnifiquement la continuité de musiques, de chants et de danses tsiganes de l'Inde - pays d'où ce peuple est originaire - à l'Espagne en passant par l'Afrique et l'Europe de l'Est, c'est "Latcho Drom" (de Tony Gatlif). En musique, il y a la bande originale de ce film, ainsi que "Epopée tsigane - The road of the Gypsies" qui est une belle compilation. Sur cette dernière, le morceau "Nana del Caballo Grande" interprété par Camaron de la Isla, cantaor (chanteur flamenco) majeur, est exemplaire car le lien entre l'Inde et l'Espagne est recréé avec une belle évidence.

Quittant le Nord-Ouest du sous-continent indien vers le X e siècle, les Tsiganes entreprennent une migration vers l'ouest qui les conduit à une dispersion planétaire. Tous n'ont pas suivi les mêmes routes. C'est vers le milieu du XV e siècle qu'arrivent les Tsiganes dans la péninsule ibérique après un long périple à travers l'Iran, la Turquie et la Grèce entre autres.

L'origine du terme "flamenco" a fait, et fait toujours, l'objet de spéculation. Ce terme a désigné les Gitans avant de désigner un art musical. Une hypothèse intéressante, non par son sérieux mais par ce qu'elle approche de la symbolique, est celle qui fait dériver "flamenco" de "flamante" (flambant), évoquant tant le style flamboyant de la musique et de la danse que l'argot dans lequel les Gitans étaient assimilés à des frimeurs (flamancia: présomption).

Mais "flamenco" veut également dire "flamand" (surprise!). Au XVII e , les Gitans sont assignés à résidence et subissent de très dures persécutions, sauf certains d'entre eux qui ont le privilège de pouvoir s'installer où ils le désirent en Andalousie et de pratiquer les métiers interdits et ce, eu égard aux services rendus par des membres de leur famille dans l'armée des Flandres. Devant produire fréquemment les documents qui rappellent ces circonstances, il est plausible qu'ils aient été surnommés "les flamands" (los flamencos) et que cette appellation ait été étendue par la suite.

La musique flamenco fait ses premières apparitions au début du XIX e siècle au sein de certaines familles tsiganes bien implantées en Basse Andalousie. Il s'agit de la fusion entre un répertoire de musiques autochtones et certaines traditions orientales jalousement conservées pour l'usage intime. C'est entre 1860 et 1910 que le chant flamenco sort de l'intimité des familles gitanes pour atteindre un public relativement vaste à travers les cafés de cante (cante: chant), ancêtres des actuels tablaos, qui fleurissent même en dehors de l'Andalousie, à Madrid et à Barcelone. A cette époque, on constate également un enrichissement du répertoire flamenco par des chants d'origine folklorique issus de la famille des fandangos andalous.

Entre 1910 et 1936, le flamenco est théâtralisé, son répertoire évolue en intégrant des chansons latino-américaines et des chansonnettes populaires; le flamenco pur et dur se dilue et, dans les années 30, le premier concours de "cante jondo" (chant profond) est créé à Grenade en réaction à cette tendance.

Tendance qui se poursuit durant la période franquiste pendant laquelle les grands cantaores suivent le mouvement pour survivre (comme Manolo Caracol), suivent les ballets flamencos (comme Antonio Mairena) ou disparaissent peu à peu, comme la Niña de los Peines et son frère Tomas Pavon. C'est aussi la période durant laquelle le flamenco s'internationalise. En 1949 est créé, à Grenade encore, le premier club d'amateurs; en 1954 apparaît la première anthologie du Cante Flamenco et, dès les années 60, le flamenco renaît de ses cendres et entame une remontée spectaculaire. Actuellement, on voit que le flamenco est bien vivant et qu'il influence, ou est influencé par, des musiques diverses comme le jazz (né lui aussi dans la persécution d'un peuple) ou la musique africaine à travers des rencontres

 



00:44 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Michto! Latchi gadji!

Écrit par : Mâlecicatrique | 30/09/2005

détail Pourrais-tu citer la source de ces explications sur les gitans ? Ca se fait d'habitude...

Écrit par : détail | 30/09/2005

détail Merci ! on gagne du temps comme cela...!

Écrit par : détail | 30/09/2005

olé ! fabuleusement intéressant (si si)
d'une qui a assisté à beaucoup de concerts du genre, finalement dans une belle ignorance... heureuse de t'avoir entraînée là, ma Suzy, ce fut effectivement une bien belle soirée de ce si jeune trio et une flamme, qui encore nous brûle je crois...

Écrit par : Edith | 02/10/2005

Les commentaires sont fermés.