23/01/2006

 PASSAGERE SOLITAIRE

PASSAGERE SOLITAIRE

JE LAISSE COULER LE REVE EN TOI

COMME UN CRI

COMME UN VISAGE DISPARU

SOUS UN AUTRE ORDRE

AVEC L ECUME

CET OR BLANC DES FANTOMES

14:02 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.