19/02/2006

 deliquescence

proteger son equilibre affectif précaire sous des montagnes de  leurres,

s'immobiliser dans sa geôle  en  une triste reddition au livide quotidien

regarder s'ouvrir la tarentule, la laisser penetrer la poitrine  jusqu'à ce qu'elle envahisse jusqu'au moindre tissu

vivre dans un univers gainé de mensonges et de faux semblants, d'artifices et d'ennui

se figer dans un vide silencieux et froid comme le marbre

et plonger definitivement dans la fange d'un univers insipide

 

 

19:41 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Toujours cette tarentule Vous voila encore bien pessimiste, Salome
Dans le fond, la vie serait belle, sans les humains !

Écrit par : Christian | 23/02/2006

Chassez cette horrible tarentule Et, revenez voir l'optimisme

Écrit par : Christian | 23/02/2006

Les commentaires sont fermés.