02/03/2006

après midi d hiver

dehors il fait très froid et le ciel est livide

la mort fait ployer les corps noueux des vieux

leurs visages burinés ont la couleur des cieux

et vous êtes là, seule, hantée par l'image du vide

 

les pas ébauchés se terminent en souffrance

et au bout d'un moment on voudrait bien rentrer

pour se vautrer dans son mal être et se coucher

car le corps, de douleur, fait peser sa présence

 

vous sentez s'alourdir votre chair solitaire

et vous ne croyez plus à la vie sur la terre

votre coeur fatigué palpite avec effort

la nuit tombe sur vous, comme un arrêt de mort

15:53 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

cette douleur interne Pourquoi vouloir la dissimuler. Elle se devine.
Ne peut-on la partager ?

Écrit par : christian | 04/03/2006

... C'est en s'exerçant inlassablement à transformer nos émotions
que nous finirons par changer notre tempérament.
"Matthieu Ricard

Bisous doux ma belle

Écrit par : Charles | 04/03/2006

Les commentaires sont fermés.