24/10/2006

petite musique de nuit

imagesamantstu dors, mon predateur

tel un lion repu

et je glisse ma tête

sur ta poitrine nue

 

dans la nuit bleue épaisse

j'entends battre ton coeur

tu dors, tu n'es pas mort

tu me laisses à mes peurs

 

 

ta peau inconsciemment

frôle, subtile, la mienne

tu viens de me quitter

pour des terres lointaines

 

je suis éviscèrée

et tu n'es plus que chair

moi béance fontaine

 

tandis que tu galopes dans l'infini immense

je sens en moi encore le flot de ta semence

 

 

et me voilà blessure

qui jamais ne cicatrise

plaie à jamais ouverte

où le monde s'enlise

 

 

 

dehors j'entends le vent

emporter des arbres, les feuilles

l hiver est à nos portes

Orphée cherche Eurydice

et ton souffle

se glisse

dedans ma chevelure

apaisant doucement mon ombre qui m'emmure

 

15:19 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

après la tempête... le repos du guerrier!

Écrit par : soloamor | 24/10/2006

mais c'est sensual... ha que calor!

Écrit par : Milady | 25/10/2006

Les commentaires sont fermés.