09/06/2008

la cave se rebiffe

imagesDans ma cave, il y a un poète muselé, accroupi, il refuse de se plier aux dictats de l’hermétisme et de l’écriture automatique. Il est parqué mais souriant .

A tous moments, il peut s’envoler comme un albatros, sans  craindre de se faire rogner les ailes pour rentrer dans la basse- cour littéraire.

 

Je vais le voir, les jours où j’ai mal

 Et surtout, les jours où j’ai peur

 

Il parle avec les mains, il m’écrit quelques mots sur un velin ocre

« il n’y a plus rien à attendre d’un poète muselé qui refuse de sourire à  l’avenir du vedettariat, mais toi, écris, écris pour toi, gueule, oublie l’embrigadement qui est un signe des temps, de notre temps. Les insoumis, sont des hommes mutilés, envole toi ou tu finiras enfermée dans une cave. Si tu restes médiocre, c’est peut être ta seule chance de ne pas gêner les autres ; mais est ce bien ce que tu  veux ? »

 

Je me retourne dans la moiteur de mon lit, il fait une chaleur caniculaire et je viens de me réveiller en sursaut, Bernard ronfle comme un sonneur, alors sur la pointe des pieds , je vais consulter mes messages sur  ….

07:13 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.