21/10/2008

MERCI JEAN MARC DE TA DOUCE AMITIE

coulures pertes rigueur
abandon

impatiences
                 tensions
                             repentirs

une forme cherche
à naître
hésite s'affirme
cède au doute
se reprend
s'altère
se structure

et l'armature soudain
se disloque
s'efface
ressurgit autre
ébauche le visage
de ce qui n'a pas
de visage

disparaît à nouveau
reparaît à nouveau
                           développant
                           un nouvel espace

                           un nouveau rythme

                           exigeant un nouvel
                           oeil

l'acte de peindre
vécu comme
impossible

rongé par
la conscience
de sa vanité

la vie
        qui surgit
la vie
         qui s'échappe
l'affirmation
reprise
aussitôt
qu'avancée

étant atteint ce point
où il n'est rien à dire

où s'impose le besoin
d'aller au-delà

de rompre
le silence

de coûte que coûte
se risquer à exprimer

pour montrer
ce qu'on ne peut
voir

figurer
ce qu'on ne saurait
dire

une vitalité
élémentaire

une force de vie
à l'état brut

parfois
la splendeur
entraperçue
du cercle

et les courants d'énergie

                      vacuités
                      et formes
                      fluides

                      une texture
                      serrée surchargée

                      à la limite
                      de l'implosion

parcourent la toile
ruissellent

circulent par les méandres
d'une forme large ample
                      maintenue ouverte
                      par des tensions
                      qui ne connaîtront
                      aucun repos

et à nouveau
la structure
se défait

en suscite
une autre

et toutes deux
s'imbriquent
s'enchevêtrent
désorientent
l'œil

dessinent une image
évidente contrariée

                     changeante

                     énigmatique

et les couleurs vives
âpres légères subtiles
luttent s'altèrent

                     s'exaltent

                     s'assourdissent

laissent
filtrer
une transparence
inattendue

et la toile
comme un cri

un centre
éclaté
une défaite

                      une proposition
                      cent fois reprise

la toile raconte
l'histoire
de sa génèse
rayonne
discrètement
la lumière
de sa naissance

de la naissance
dont elle est née

ou bien encore
impose le portrait

de cet homme
immergé

apeuré          résolu

voué à l'incessant
la hantise du centre

qui signait
               et ne signe plus


Bram Van Velde

10:52 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.