19/06/2009

STEPHANE MANDELBAUM ET MM

medium_mandelbaumSTÉPHANE MANDELBAUM, L'OEUVRE GRAVÉ
De MARCEL MOREAU

[…] Stéphane Mandelbaum, ce jeune artiste belge décédé tragiquement à 25 ans, à l'aube d'une carrière prometteuse. Personnalité habitée du sens tragique, il a donné une œuvre terriblement perturbée, d'une âpre beauté, éprouvante. Il est de ces solitaires de l'art adeptes du cri du corps et des excès passionnels. En un texte d'une très haute intensité poétique, à ce "degré d' incandescence" auquel "nul n'est tenu", Marcel Moreau trouve la correspondance des mots. "Tu es à toi seul un fabuleux gisement", écrit-il. "Pratique l'extraction dans l'ivresse, de préférence, mais aussi, s'il le faut, au prix de la souffrance." Le poète dit, sans "atermoiements" les urgences, la fébrilité, la passion, les débordements, les déchirures… et, face à un autoportrait de 1980, déjà, s'adresse "Au jeune errant ivre, obsédé de mort?" En incisions sur métal, en encre d'imprimerie, textes et images de "La mémoire des plaies / Et l'actualité du soignement." – Claude Lorent, Art et culture, décembre 1992.
45,00 €   ISBN 2873960809

13:03 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.