29/10/2009

OBJETS INANIMES AVEZ VOUS DONC UNE AME....

quand je ne serai plus
un grand vent soufflera sur mon kaleidoscope
un homme en salopette bleue chiffrera en silence,camionnette en double file

ignorant les odeurs de musc et de santal encore présentes dans l'haleine des tapis

 

 

quand je ne serai plus
mes objets du bout du monde
n'auront plus qu'une valeur marchande

quand je ne serai plus
mes histoires d'amour deviendront "des encombrants"

les étreintes humaines et sociales à la fois,les promenades sur les canaux de Bangkok, sur les marchés de l'Inde, les grands espaces du Kenya,
 les souks d'Afrique du nord finiront sur des étals batards
dans la souillure du rien

quand je ne serai plus
et que toutes mes couleurs
ne seront plus tes goûts
mon âme viendra encore vagabonder
dans les soies et les paillettes
mes rires les habiteront d'éclairs en silence

il y aura cette salle à manger fédératrice et representante de ma mère et de ses petits plats garants de la tradition juive marocaine et

d'une valeur fondamentale de ma vie,la sacro-sainte nourriture, en bonne sépharade que je suis

 


quand je ne serai plus
j'aimerais tant qu'une vie soit accordée
à tous ces objets qui racontent tant d'histoires
j'aimerais que mes amis les cherissent
tant ils seront chargés d'identités multiples

quand je ne serais plus
ils seront les temoins d'une vie de folie
de passion et d'amour
impregnés de larmes et de joies
de dechirures et d instinct de vie
ils brilleront encore comme des etoiles
au firmament de mon néant

quand je ne serai plus
je vous voudrais tous là
choisissant ce qui vous fait plaisir
pour garder encore par delà le silence
les souvenirs d'un passé dont vous avez tissé
la trame avec moi

 

 

 

10:54 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/10/2009

JACK KEROUAC

LES SEULS GENS QUI EXISTENT SONT CEUX QUI ONT LA DEMENCE DE VIVRE

DE DISCOURIR

D ETRE SAUVES

QUI VEULENT JOUIR DE TOUT

DANS UN SEUL INSTANT

CEUX QUI NE SAVENT PAS BAILLER

15:06 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

murphy's law

ce matin, je sors sous le soleil et...devant mon parking ma voiture me lâche

j appelle le garagiste : alternateur foutu

courroie de transmission à remplacer

cout de l'operation :600 euros

heureusement le garagiste est beau et gentil

on depose la voiture et il me reconduit chez moi

là je m'aperçois que je viens de paumer la clé de ma porte du bas

je rappelle l'adonis qui me reconduit gentiment au garage et

miracle , je retrouve ma clé

il me raccompagne encore

y'a des jours comme çà où on se demande combien il faut avoir sur

son compte en banque pour vivre sous nos contrées accueillantes aux multiples

dépendances;(ben me direz vous, on peut faire de la resistance, mais n'ayez ni gsm, ni adresse mail et vous verrez comme votre vie sera facilitée...)

dans nos prisons dorées où on consomme jusqu'à se consumer

où les frais fixes sont multipliés par deux, grâce au merveilleux progrès

et où le bonheur se chiffre en euros sonnants et trebuchants

 

 

13:42 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

LOVE SORRY(toute ressemblance, etc...)

imagesun jour, les miroirs ne vous renvoient plus la belle image

d'objet du désir, d'objet de l'amour ou de l'admiration

un jour,on sent que le plus beau est dans le retroviseur

tristesse de l'impasse qui fut un boulevard du monde,

une promesse...

tristesse des projets avortés

des dérapages incontôlés

des râtés incontrôlables

le coeur, fatigué, en finit d'être monomaniaque

simplement parce que vous vous sentez à la traine 

dans une histoire où la deuxième place est de plus

en plus vide

 

et où même une présence absente semble une demande

impossible à remplir

où  les lenteurs vous mènent à plus d'envie

où tout paraît impossible

même le plus simple.

une alchimie se fait un jour

elle parait une évidence, mais non

rien n'est offert, tout se cultive

les difficultés sont là pour être contournées

il est des incertitudes  qui vous empêchent

de prendre votre vie en mains

ajoutées aux imponderables,

et sans une volonté farouche

la vie est un soufflé

 

 

l 'amour ne se demande pas, il se donne

c'est une bataille au quotidien

dont l'enjeu se preserve à deux

l'arbre ne peut être mesuré que quand il est tombé

 

 

 

 

 

09:33 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/10/2009

WINSTON CHURCHILL

«En avalant les méchantes paroles qu'on ne profère pas, on ne s'est jamais abîmé l'estomac.»
[ Winston Churchill ]

«C'est une belle chose d'être honnête, mais il est également important d'avoir raison.»
[ Winston Churchill ]

«La démocratie est un mauvais système, mais elle est le moins mauvais de tous les systèmes.»
[ Winston Churchill ]


 CoolLangue tirée

«Il n'y a rien de négatif dans le changement, si c'est dans la bonne direction.»
[ Winston Churchill ]

«Les chiens vous regardent tous avec vénération. Les chats vous toisent tous avec dédain. Il n’y a que les cochons qui vous considèrent comme leurs égaux.»
[ Winston Churchill ]

«Il ne sert à rien de dire “Nous avons fait de notre mieux”. Il faut réussir à faire ce qui est nécessaire.»
[ Winston Churchill ]

«Sous le capitalisme, les gens ont davantage de voitures. Sous le communisme, ils ont davantage de parkings.»
[ Winston Churchill ]

«Quand on doit tuer quelqu'un, ça ne coûte rien d'être poli.»
[ Winston Churchill ]

«Plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur.»
[ Winston Churchill ]

«La vie ? Le voyage vaut la peine d'être fait une fois.»
[ Winston Churchill ]

«Je me satisfais aisément du meilleur.»
[ Winston Churchill ]

«Construire peut être le fruit d’un travail long et acharné. Détruire peut être l’oeuvre d’une seule journée.»
[ Winston Churchill ]

«Il vaut mieux faire l’information que la recevoir ; il vaut mieux être acteur que critique.»
[ Winston Churchill ]

«Si deux hommes ont toujours la même opinion, l'un d'eux est de trop.»
[ Winston Churchill ]

«On ne peut être tué qu’une seule fois au combat, mais plusieurs fois en politique.»
[ Winston Churchill ]

«La grande leçon de la vie, c'est que parfois, ce sont les fous qui ont raison.»
[ Winston Churchill ]

«L’Angleterre s’écroule dans l’ordre, et la France se relève dans le désordre.»
[ Winston Churchill ]

«Je n'ai rien à offrir que du sang, du labeur, des larmes et de la sueur.»
[ Winston Churchill ] - Extrait d’un discours à la Chambre des Communes - Mai 1940

«Il est toujours sage de regarder en avant, mais il est difficile de regarder plus loin qu'on ne peut voir.»
[ Winston Churchill ]

«En Angleterre, tout est permis, sauf ce qui est interdit. En Allemagne, tout est interdit, sauf ce qui est permis. En France, tout est permis, même ce qui est interdit. En U.R.S.S., tout est interdit, même ce qui est permis.»
[ Winston Churchill ]

«Après la guerre, deux choix s’offraient à moi : finir ma vie comme député, ou la finir comme alcoolique. Je remercie Dieu d’avoir si bien guidé mon choix : je ne suis plus député !»
[ Winston Churchill ] - Extrait d’une Conférence - Mars 1959

«Agissez comme s'il était impossible d'échouer.»
[ Winston Churchill ]

«S’occuper des choses les plus sérieuses du monde n’est possible qu’à condition de comprendre aussi les choses les plus dérisoires.»
[ Winston Churchill ]

«Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté.»
[ Winston Churchill ]

«On vit de ce que l’on obtient. On construit sa vie sur ce que l’on donne.»
[ Winston Churchill ]

«Ce n'est pas la fin. Ce n'est même pas le commencement de la fin. Mais, c'est peut-être la fin du commencement.»
[ Winston Churchill ] - Extrait de discours Discours - 10 Novembre 1942

«La critique peut être désagréable, mais elle est nécessaire. Elle est comme la douleur pour le corps humain : elle attire l’attention sur ce qui ne va pas.»
[ Winston Churchill ]

«Un conciliateur c'est quelqu'un qui nourrit un crocodile en espérant qu'il sera le dernier à être mangé.»
[ Winston Churchill ]

«Vous aviez à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre.»
[ Winston Churchill ] - Extrait d’une lettre à Chamberlain

«Il est une bonne chose de lire des livres de citations, car les citations lorsqu’elles sont gravées dans la mémoire vous donnent de bonnes pensées.»
[ Winston Churchill ]

«Les empires du futur seront spirituels.»
[ Winston Churchill ]

«Le vrai génie réside dans l’aptitude à évaluer l’incertain, le hasardeux, les informations conflictuelles.»
[ Winston Churchill ]

«Quand on obtient d’une chose ce qu’on en attendait, on n’en demande pas plus.»
[ Winston Churchill ]

«Je suis toujours prêt à apprendre, bien que je n'aime pas toujours qu'on me donne des leçons.»
[ Winston Churchill ]

«Un fanatique est quelqu'un qui ne veut pas changer d'avis et qui ne veut pas changer de sujet.»
[ Winston Churchill ]

«Il est meilleur d'être irresponsable et dans le vrai que responsable et dans l'erreur.»
[ Winston Churchill ]

«Quand survient un malheur, il est tout à fait possible qu'il vous évite un malheur plus terrible encore. Et, quand vous commettez une erreur grave, elle peut vous être plus utile que la décision la mieux pesée.»
[ Winston Churchill ]

«La responsabilité est le prix à payer du succès.»
[ Winston Churchill ]

«On considère le chef d'entreprise comme un homme à abattre, ou une vache à traire. Peu voient en lui le cheval qui tire le char.»
[ Winston Churchill

17:32 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

L ULTIME BEAUTE

http://www.youtube.com/watch?v=lWvM2VlRD6k

 

http://www.youtube.com/watch?v=XpG_wvdhkRM

 

http://www.youtube.com/watch?v=oLbRtUAmx3g

LA PASSION DANS LA FARRUCA ANTONIO GADES

11:49 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

bonjour les dégâts...

LE JARDIN EST TOUJOURS AUSSI TOUFFU

IL FAUT DECIDEMENT CHANGER DE JARDINIER

LA RECOLTE DES NEFLES A ETE TRES IMPORTANTE

CERTAINS ARBRES REFUSENT DEFINITIVEMENT DE DONNER DES FRUITS

ET POURTANT JE LES SECOUE REGULIEREMENT

 

 

10:41 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/10/2009

LE CAIRE CE SOIR LA

LA PLACE GROUILLAIT DE CORPS ET DE VISAGES

PARTOUT REGNAIT UNE ODEUR DE BENJOIN

DE SUEUR

DE SANTAL

ON SE PRECIPITAIT AUX FONTAINES POUR SE DESALTERER

 

LES ENFANTS TRITURAIENT DES CHAPELETS DE JADE

LES FEMMES SCINTILLAIENT DANS LEURS VOILES ET LEURS KAFTANS

UNE ODEUR TENACE DE JASMIN MELE DE MUSC FLOTTAIT SUR LES ETALS

UN CUL DE JATTE QUI  SE GRATTAIT LE DOS A L AIDE D UNE MAIN D IVOIRE

VENDAIT DE L EAU DE FLEUR D ORANGER

 

LA VILLE NOYEE DE SENTEURS SUCREES AVAIT LA TRAME DES SONGES

10:06 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/10/2009

ARDENT

j attends à la "clé d'or" que tu aies fini ta balade sur le vieux marché en quête d'un objet du bout du monde atterri là,on ne sait comment , ou d'une bonne affaire à qui tu redonnerais une xième vie

le soleil d'automne se fraye un chemin à travers les nuages

je regarde passer les gens

mon oeil est attiré par un homme oiseau affublé d'un pull jaune d'or et de chaussures plastiques assorties... c'est surprenant ces pompes plastoche qu'il a coupées à l'avant pour libérer ses orteils

il s assied près de moi et me gratifie d'un gentil sourire

il m'adresse la parole ensuite, me lançant un phrase, pour le moins surprenante,

"vous, vous souffrez du dos... "

je ne pensais pas que cela se voyait , mais bon...

je reponds qu'en effet, mon dos est un problème , il me parle de sa vie, de son parcours, très ressemblant au mien

cet homme est illuminé de l'interieur, il a des yeux de môme, doux et perçants à la fois

en une seconde il m'a scannée, passée aux rayons x et rencontrée au vrai sens du terme,

il est une arborescence qui mange du ciel et en apporte

je ne sais pas pourquoi il me donne le sentiment du large, de l'Universel tant il semble pétri d'amour et de liberté

tous les abimes qu'il a réussi à contourner ont fait naitre chez lui un bonheur simple et pur comme le bleu azur de ses yeux

il n habite nulle part, itinérant, il semble n'avoir aucune nostalgie des dependances de notre Monde

c est curieux comme sa présence me fait du bien

je lui demande son prénom

 A R D E N T

son prenom est aussi rare que lui, pas etonnant

Je lui demande ce qui le rend si libre , il me dit qu'il a un jour rencontré une femme fée qui en même temps qu'elle lui massait le dos l'a debarrassé de "son enfant interieur" et le voilà heureux et se regalant de chaque moment de sa vie

il n y a jamais de hasard

tu reviens, on dit au revoir à Ardent et nous allons visiter une exposition de peintures

curieux thème : des petites femmes enfermées dans des berceaux

je reviens le dire à Ardent

 

 

 

 

12:25 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/10/2009

on ne pleure pas, on chaaaante

http://www.youtube.com/watch?v=prF1fbbf2cA

 

http://www.youtube.com/watch?v=4kKUQxiLIIw

17:49 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ah la dingue et la lampe merveilleuse

imagesj'aimerais t'apprendre l'anglais

l espagnol

comment on fait le couscous marocain

et les boulettes du vendredi soir

j'aimerais t'apprendre les traditions

que nous avions là bas

dans ce pays solaire où tout était  pretexte à faire la fête

où les enfants n'allaient pas en crèche

ni les vieux en hospice

la culture se transmettait sans livres, juste dans l'affection

 

j'aimerais t'apprendre

la musique de chez nous

l'odeur du jasmin et de la fleur d'oranger

j'aimerais te raconter mon enfance

et les couchers de soleil

sur les palmeraies

j'aimerais t'apprendre

comment on regarde les cakes

gonfler au four et devenir ambrés dans des effluves vanillées

j'aimerais avoir avec toi des moments

de bonheur

des instants privilégiés

où tu te cacherais dans mes jupes

j'aimerais que nous ayions nos petits secrets

j'aimerais que tu viennes chez moi

et que tu connaisses tous les recoins de mon appartement

mais combien de temps faudra t il attendre

combien de batailles faudra t il mener

en aurais je le temps?

12:17 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/10/2009

FAIRE AUMONE

la tempête de mes elans ne renverse plus que moi

et les ondes de mes silences ne se disent plus les plaisirs à venir

15:51 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

WE ALL NEED TO CHEER UP SOMETIMES

Les citations de Tristan Bernard

«Les femmes qui savent se défendre sont surtout celles qui ont été beaucoup attaquées.»
[ Tristan Bernard ] - Corentin

«Il n’y a rien qui permette de condamner un gastronome, tant qu’il ne va pas jusqu’à l’indigestion.»
[ Tristan Bernard ] - Extrait des Souvenirs et anecdotes

«Nos besoins de haine sont satisfaits, mais nos besoins d’amour restent inoccupés.»
[ Tristan Bernard ] - Extrait des Souvenirs et anecdotes

«An : un élément du fardeau du vieillard.»
[ Tristan Bernard ] - Mots-croisés

«L’art dramatique, c’est une science exacte dont on ignore les données.»
[ Tristan Bernard ] - Extrait des Saillies et rosseries

«Abri : l’orage lui amène des clients.»
[ Tristan Bernard ] - Mots-croisés

«Age : ne reste pas longtemps ingrat.»
[ Tristan Bernard ] - Mots-croisés

«Les femmes, au rebours des hommes, sont rarement disposées à ajourner les démarches. Les hommes détestent ataviquement les résolutions à prendre.»
[ Tristan Bernard ] - L’enfant prodigue du Vésinet

«C’est très délicat, la garde d’un amant. C’est aussi compliqué que la garde et l’éducation d’un enfant.»
[ Tristan Bernard ] - Extrait des Secrets d’Etat

«Un véritable ami exerce un pouvoir de destruction instinctivement systématique sur tout ce qui n’est pas son amitié.»
[ Tristan Bernard ] - Dictionnaire humoristique de A à Z

«Dès que l’on a un peu joué, on se sent moins esclave de l’argent.»
[ Tristan Bernard ] - Auteurs, acteurs, spectateurs

«Je ne croyais pas que l'ennui put être si cruel.»
[ Tristan Bernard ] - Extrait d' Aux abois

«Que de gens ont raté leur affaire, parce qu’ils ne se sont pas contentés d’être malins, et qu’ils ont voulu faire les malins !»
[ Tristan Bernard ] - Extrait des Souvenirs et anecdotes

«La mort, c'est la fin d'un monologue.»
[ Tristan Bernard ] - Le satyre intermittent

«Les choses que l'on dit de nous ont beaucoup plus de signification et d'importance pour nous que pour les gens qui les disent.»
[ Tristan Bernard ] - Extrait d' Un mari pacifique

«Tout s'arrange, le plus souvent, en ne s'arrangeant pas.»
[ Tristan Bernard ] - Extrait d' Un mari pacifique

«Notaire : arrive souvent au dernier acte.»
[ Tristan Bernard ] - Mots-croisés

«Faut-il cesser d'être vertueux parce qu'il y a des hypocrites ?»
[ Tristan Bernard ] - Journal des vélocipédiste

«Rien ne ressemble plus à un innocent qu'un coupable qui ne risque rien.»
[ Tristan Bernard ] - L’enfant prodigue du Vésinet

«Il y a beaucoup d'hommes, quoi qu'on en dise, qui ne se vantent pas de leurs victoires, mais toutes les femmes racontent leurs défaites.»
[ Tristan Bernard ] - Deux amateurs de femmes

«Beaucoup de divorces sont nés d'un malentendu. Beaucoup de mariages aussi.»
[ Tristan Bernard ] - Les petites curieuses

«Une femme qui n'est pas sincère ressemble rudement à une femme qui l'est vraiment.»
[ Tristan Bernard ] - Le flirt ambulant

«Il est si simple de décider avec soi-même que les blessures d'amour-propre ne comptent pas. Elles ne font souffrir que si l'on veut bien.»
[ Tristan Bernard ] - L’affaire Lacier

«C'est vraiment difficile à dire aux gens qu'on les aime... quand on les aime vraiment...»
[ Tristan Bernard ] - Monsieur Codomat

«Le mensonge et le silence arrangent bien des drames de famille.»
[ Tristan Bernard ]

«Philosophe : c'est un nom que se donnent dans le monde les gens qui évitent de penser.»
[ Tristan Bernard ] - Extrait de ses Mémoires d'un jeune homme rangé

«C'est Dieu qui a créé le monde, mais c'est le diable qui le fait vivre.»
[ Tristan Bernard ] - Sur les grands chemins

«Les idées s'accordent beaucoup mieux entre elles que ne le font les hommes.»
[ Tristan Bernard ] - Souvenirs et anecdotes

«Les Français croient qu'ils parlent bien le français parce qu'ils ne parlent aucune langue étrangère.»
[ Tristan Bernard ] - Rires et sourires

«Elle avait un nez si grand que lorsqu'on l'embrassait sur les deux joues, on avait plus vite fait de passer par derrière.»
[ Tristan Bernard ]

«La gloire de l’acteur, comme la beauté d’une femme, ne perd rien de sa grandeur du fait qu’elle est périssable.»
[ Tristan Bernard ] - Dictionnaire humoristique de A à Z

«Je n’ai aucune espèce de joie à faire le bonheur des gens qui ne me plaisent pas.»
[ Tristan Bernard ] - Jules, Juliette et Julien

«La coutume des voyages de noces a ce grand avantage qu’à des jeunes gens qui souvent se connaissent peu, la variété du décor et les divers incidents de la route fournissent tout naturellement des sujets d’entretien.»
[ Tristan Bernard ] - L’enfant prodigue du Vésinet

«Entracte : vide les baignoires, remplit les lavabos.»
[ Tristan Bernard ] - Mots-croisés

«Conseil : cadeau bon marché.»
[ Tristan Bernard ] - Mots-croisés

«Gond : limites du sang froid.»
[ Tristan Bernard ] - Mots-croisés

«Echo : manque un peu d’esprit de repartie.»
[ Tristan Bernard ] - Mots-croisés

«Ah ! Que ne suis-je riche, pour venir en aide au pauvre que je suis !»
[ Tristan Bernard ] - Le fardeau de la liberté

«Ce que nous aimons dans nos amis, c'est le cas qu'ils font de nous.»
[ Tristan Bernard ] - Deux amateurs de femmes

«C'est aussi bête de mépriser l'argent que de l'adorer.»
[ Tristan Bernard ] - Le poil civil

 

15:10 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/10/2009

tres choliiiii

 Les gens sont comme des vitraux. Ils brillent tant qu'il fait soleil, mais, quand vient l'obscurité, leur beauté n'apparaît que s'ils sont illuminés de l'intérieur "

13:39 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

FATUM"

"L AVENIR APPARTIENT AUX DEFRICHEURS DE L AVENIR"

10:49 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/10/2009

livre

LIVRE
un livre c'est l'âme de l'écrivain,

c'est aussi l'âme des lecteurs qui y ont vécu et qu'il a fait rêver

chaque fois qu'un livre change de mains, que quelqu'un promène son regard

sur ses pages, son esprit grandit et se renforce

un livre , c'est un voyage qui laisse la vie s'écouler entre ses pages

16:23 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/10/2009

LE CANAPE BLANC

thumbnailJ AI TROIS ANS

JE PLEURE A GROS BOUILLONS

JE N ENTENDS PLUS TES MOTS

JE RESSENS JUSTE UN RETRANCHEMENT

UNE OMBRE

UNE SAUVAGERIE

JE DOIS ABDIQUER EN MOINS D UNE SECONDE

TOUT CE QUE J AVAIS BATI

A GRANDS RENFORTS D AMOUR

CETTE TRANQUILLE CERTITUDE

QUE TU SERAIS TOUJOURS LA POUR MOI

ET COMPRENDRE D UN COUP

QUE JE NE FAIS PLUS PARTIE D UN DUO

JE GRIFFE NERVEUSEMENT LE CANAPE BLANC

 

 UNE LAME SCINTILLANTE

CLINQUANTE DANS MON DOS ME TRANSPERCE

UNE FRACTION D AMER VOLAGE ET ILLUSOIRE

EFFRITEE GOULUMENT PAR DES HEURES VELOCES

 

UN FROISSEMENT D AILE BRISEE

ET DES OCRES NAISSANTS QUI CHANTONNENT SUBITEMENT  L HIER

 

J ECARQUILLE LA BOUCHE

ECHANCRURE SAIGNANTE

ET VOMIS  CETTE POIGNEE DE MOTS

J AI MILLE ANS

MAIS QU EST ELLE DEVENUE

CETTE PART D ABSOLU

QUI ME GARDAIT VIVANTE

 

QUELQUE CHOSE A JAMAIS S EST BRISEE

SUR LE CANAPE BLANC

 

15:59 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/10/2009

la vie

c'est la lumière de tes yeux dans le noir

l'ombre qui court sur l'herbe

la buée sur ma vitre ce matin...

14:17 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

labyrinthe

drôle de labyrinthe qu'est notre vie où nous passons notre temps à la recherche de nous mêmes

10:12 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

07/10/2009

pace ....to pace

de preference, il ne rentre pas dans le monde, il reste au seuil

il s evade par les interstices

il aime les intérieurs des frigos dont il fait un inventaire précis

çà le protège du monde, des sorties, çà l'amarre quelque part

il aime les champignons et tirer des traits égaux pendant des heures

dans les cahiers des petits qui seront fiers de lui

il epepine les raisins longtemps, longtemps

et le lendemain comme il les as conservés dans le jus (rien ne doit se perdre)

ils sont pourris, dans le frigo, mais çà n'enlève rien à son acte d'amour

juste qu'on les mange pourris parce qu'il a bossé dur

il nettoie activement la grille du four à mon grand regret car j'ai peur ensuite

de la "lui" salir

parfois il a une ceinture invisible autour du crâne qui l'abrite du monde

une migraine...

les abimes de l'âme humaine sont un monde, il faut dévorer le visible et l'invisible

et surtout ne pas essayer de comprendre

 

20:04 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

PRIX GRAND PUBLIC SALON LIVRE 2009

My First Sony
Roman
Traduit de l’hébreu par Dominique Rotermund
Prix Grand Public du Salon du livre 2008
Yotam enregistre tout sur son petit magnétophone Sony. La vie qui passe, à commencer par celle de ses parents, plutôt déglinguée, les récits des uns et des autres, pittoresques en diable, toutes les histoires que l’on raconte en famille et ailleurs sur l’amour, le sexe, la religion, la politique, la guerre, d’hier et d’aujourd’hui, la Shoah, les luttes, l’immigration, l’exil…
Le monde des adultes que le lecteur découvre au travers des yeux de Yotam correspond bien à la citation de Freud mise en exergue par Benny Barbash : "Celui qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendresera convaincu que les hommes ne sont pas capables de garder un secret. Si leurs lèvres étaient scellées, il médiraient du bout des doigts." C’est toute la société israélienne contemporaine qui défile ainsi, dans un tourbillon aussi drôle qu’époustouflant !

***************

"Benny Barbash garde du début à la fin une voix et un regard de mioche, imbriquant vertigineusement les séquences du passé et du présent. L'utilisation du magnétophone pour enregistrer "les conversations des grands" permet un jeu de Yo-Yo entre maturité et immaturité, un va-et-vient entre l'univers d'un enfant et le théâtre des adultes, un art de sonder la complexité. La verve et la profondeur du roman offre un passionnant miroir de la société israélienne."

Dominique Le Guilledoux, Le Monde des livres

"Drôle et émouvant, inventif et instructif sur l'histoire d'Israël et son quotidien décrit de l'intérieur, My First Sony révèle un romancier doué, profond et subtil."
Livres Hebdo


19:08 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

les prénoms

dire que la vie est un jardin de roses, ce serait mentir

dire qu'elle est un enfer, ce serait mentir aussi

mais dire je sais les affres de cette vie mais je ne me lasse pas d'en

débusquer les merveilles, c'est faire son travail d'homme...

dans la culture indienne, on offrait à chacun un nom long comme une phrase

et qui disait l'essence de la personne

on pourrait t'appeler celle-qui -joue -avec -le-feu

17:54 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/10/2009

fortissimo

elle est sèche comme un coup de trique

bronzage artificiel

coiffure nette

et petites lunettes de designer

 

elle me tend une feuille de régime qui lui ressemble

une espèce de mort clinique  annoncée

un hymne à l'ascetisme

moi, j'ai soif, j'ai faim, presque  en permanence

Ma vie physique a besoin , à tout instant de s'émouvoir...

c'est comme si l'inertie ou la lenteur me rallient directement à la dame à la faux;

si je n'écris pas, que je ne peins pas, il faut que je mastique, que je croque, que je m'abreuve, que je toûche ou que je sois toûchée

pas de place pour le repos dans mon corps corrompu

du boulot, toujours du boulot

moins il se déplace et plus il s'excite

à sa surface, des remous, des appels, des exigences de tous ordres

des avidités, des goûts d'engloutir à perdre haleine, des bouches ouvertes, des papilles fremissantes, des langues qui s'avancent à des endroits inattendus de la peau, des revendications de calins, de contact avec le chaud,l'humide, le doux, le velu

votre feuille blanche madame, ressemble étrangement à un linceul

comment vous dire????

bouffez la votre feuille

 

 

 

17:41 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/10/2009

ET OUI IL L A DIT AVANT D ETRE MUET

J'ai pardonné des erreurs presque impardonnables, j'ai essayé de remplacer des personnes irremplaçables et oublier des personnes inoubliables. J'ai agi par impulsion, j'ai été déçu par des gens que j'en croyais incapables, mais j'ai déçu des gens aussi. J'ai tenu quelqu'un dans mes bras pour le protéger. J'ai ri quand il ne fallait pas. Je me suis fait des amis éternels. J'ai aimé et l'ai été en retour, mais j'ai aussi été repoussé. J'ai été aimé et je n'ai pas su aimer. J'ai crié et sauté de tant de joies, j'ai vécu d'amour et fait des promesses éternelles, mais je me suis brisé le coeur, tant de fois ! J'ai pleuré en écoutant de la musique ou en regardant des photos. J'ai téléphoné juste pour entendre une voix, je suis déjà tombé amoureux d'un sourire.

J'ai déjà cru mourir par tant de nostalgie…Mais j'ai survécu ! Et je vis encore ! Et la vie, je ne m'en passe pas...
Et toi non plus tu ne devrais pas t'en passer.

Vis!

Ce qui est vraiment bon, c'est de se battre avec persuasion, embrasser la vie et vivre avec passion, perdre avec classe et vaincre en osant, parce que le monde appartient à celui qui ose et que la Vie, c'est beaucoup trop pour être insignifiant! "

Charlie CHAPLIN

15:59 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/10/2009

ET GAD UN VRAI BONHEUR

http://www.youtube.com/watch?v=KER2fadKMbk

23:35 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

joe AMAR ET LES PIYOUTIM

http://www.youtube.com/watch?v=vWx_ardYNO8

23:18 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

merci GERARD

Les Juifs marocains, partout dans le Monde, ont conservé la nostalgie de ce grand musicien - dont les airs sont encore joués dans des mariages musulmans de son pays natal ! A noter aussi la disparition, celle-là très récente, d’un autre « maître » de la musique juive traditionnelle du Maroc, Joe Amar, réputé pour ses interprétations uniques des « Pyoutim », prières chantées dans le rite séfarade : Maurice Azoulay lui rendra hommage dans une prochaine soirée spéciale sur Judaïques FM.
Mais revenons au clip ci-dessous : il réunit dans un décor marocain somptueux, deux grands musiciens donc, un Juif, Samy El Maghribi (noeud papillon blanc), et son compatriote musulman (fez rouge), Hadj Ahmed Piro ... bonne écoute !

 http://www.youtube.com/watch?v=TaSOU7gbx28

 

mais où est il ce temps béni où nous vivions ensemble, toutes religions, toutes races confondues??

23:04 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ROOTS

je me souviens de ton port altier
de cette voix extraordinaire qui donnait le frisson à toutes les femmes de l'assistance
ma mère comprise
tu jouais du houd comme pas deux
tu chantais le mouwal, ce blues juif marocain dont nos parents étaient tous friands
tu étais une sorte de dernier des mohicans
tu passais régulièrement du statut de chanteur à celui de rabbin
et oui c'est tout ce qui faisait la beauté de notre culture sépharade, tout était pretexte
à faire la fête, à échanger, à chanter à danser...
nos familles étaient structurantes et fusionnelles et la transmission se faisait ainsi allègrement . Je me souviens des fêtes de Pourim où les plateaux chargés de cadeaux et d'enveloppes sonnantes et trébuchantes nous arrivaient en ronde dès le matin...
tu faisais partie de ces piliers qui transmettaient la culture par le rite
nous étions tous dans cette magnifique histoire collective

quand les juifs ont quitté le Maroc, ils l'ont emporté aux semelles de leurs souliers
leur autre patrie est devenu le sepharadisme
où l'on s'est retrouvés dans la musique, la cuisine, le rite, l amour aliénant de nos mères qui ne nous laissait AUCUNE place,
 le culte des parents....et le psychodrame

 

tout cela maintenant n'existe plus guère
et te revoir SAMI EL MAGHRIBI SUR YOUTUBE,
quelle émotion, tu viens de nous quitter définitivement
je me souvenais de toi sémillant chanteur, chantre et rabbin
et j'ai revu un vieillard droit comme un "I" et qui rechantait les rengaines de mon enfance

en fermant les yeux me sont revenus l'odeur de fleur d'oranger, le goût du lait d'amandes, le miel des cornes de gazelle et les endormissements dans les mariages où les parents restaient jusqu'à point d'heure

tous les traits d'union ont disparu les uns après les autres

 

http://www.youtube.com/watch?v=tqG9JAcliOA

ce voyage à la JULES VERNE  m'a remuée, sacrément (si je puis m'exprimer ainsi)

LES UNS APRES LES AUTRES, les porteurs de notre belle culture judeo arabe ont disparu...

18:40 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

RICHE DE CE QUI TE MANQUE

images
ton minois me trouble

sa magie m'escorte et me donne des envies de protection

me faisant irresistiblement rêver à une période de ma vie

dont parfois je me demande pourquoi, mon amnésie s'est

acharnée à lui creuser une tombe, sans même une fleur, ni

une épitaphe qui m'en rappellerait les jeux pervers ou la poésie...

tu t'amuses à créer avec n'importe quoi dans une alchimie tellement folle

et sans limites, tu n'as pas grand chose mais tu es riche de ce qui te manque

 

tu as cette manière à toi de traiter les gens avec la même alchimie que les objets

et tu envoutes...

16:36 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |