06/11/2010

pomme d amour

BOXON II.jpgJe t'attends, un grand sac à la main, plein d'accessoires pour que tu puisses me photographier comme je me vois

Il pleut dans la rue, je regarde le théâtre flamand, peint en vert empire, majestueux de dorures dans cette artère où il semble avoir été déposé, par mégarde, un peu comme moi..

il y a un établissement, au coin, qui ressemble à un endroit aseptisé et cosy

je m 'y engouffre en recherche de chaleur:  j'ai l'impression d'avoir pénétré dans un café maure au milieu d'un souk de mon pays

leçon numéro un : faut pas se fier aux apparences

la clientèle est bigarrée

putes à bottes panthère, ouvriers du batiment en salopette, africains perdus sur les grèves de Tanger, reparateurs de flipperS en rade....

et stucks de mosquée, au plafond...

la musique hurle des chants "gnaoua" et de temps en temps, un type se lève esquisser une danse du ventre

Je regarde tout celà , ébahie, en sirotant un coca zero

le monde est là et toi tu vas arriver

je n ai plus l'habitude de sortir, à ces heures, je suis souvent au chaud, branchée sur ma couvrante amniotique, Ce matin est un cadeau, une errance dans ma ville que je ne connais plus

tu arrives, parques ton engin et je vois ta longue chevelure noire deborder du casque

il y a des moments bénits et celui là, c'en est un.

je te suis dans un supermarché qui sent la viennoiserie à plein nez

 

et nous nous engouffrons dans un couloir irréel

l endroit est totalement fou;

à mi chemin ,entre le vieil hotel parisien et la pension de famille portugaise...

leçon numéro deux : le style n'est pas toujours où on l'attend

la taulière nous regarde rentrer, avec son air d'avoir tout vu et moi je me demande vraiment ce qu'elle doit penser

de voir rentrer deux nanas dans un hotel de passe .?

professionnalisme oblige : rien ne parait

son visage est impenetrable et sa rethorique bien huilée.

elle nous donne un numero de chambre et on monte un escalier etroit avec-o benediction- des marches basses et à ma portée

faut il aller dans un hotel de passe pour que les handicapés puissent monter un escalier sans souffrance, c'est la question du jour?

leçon numéro trois : architectes de mes deux, quand vous prevoyez des endroits chics, pensez à nous...

Emmy organise (un pléonasme) et moi j'essaie de m'habiller en pute avec les fringues et la perruque de bimbo, les chaussures échasses et le maquillage qui va avec...

CE FAUX VERSAILLES AVEC UNE FAUSSE EXPO MURAKAMIENNE m enchante

il y a partout un mélange de sacré de de profane inoui...

une sorte de cantique des cantiques sur une musique de radio nostalgie.

dans la courette extérieure, une vierge noire , trône majestueusement sur une table en onyx, coiffant les entrées et sorties des brebis égarées

Leçon numéro quatre : PARDONNEZ , Marie Madeleine est partout...

sur les murs fraichement chaulés , il y a des azulejos religieux, des fausses fontaines, des anges en pierre, des animaux en plâtre, des amoureux factices sur des bancs vissés à la terre

ET UN SOUCI DE PERFECTION  qui flirte avec les jardins à la française de VERSAILLES

à l interieur, un  boudoir pompadourien , enfin une pompadour qui aurait sérieusement dévalisé les marchés aux puces , dans un souci de ramener dans les quartiers chauds, les grandeurs des salons d'antan

horloges sous cloches oblongues, poupées de porcelaine poussiéreuseet fauteuils en brocard dont les dossiers seraient plus adaptés à GULLIVER qu'à LILY PUTE, biscuits de sexe- pardon de Saxe-et tapis d'orient

Leçon numéro cinq: no need to take the plane to travel...

La chambre nous déçoit un peu, à la limite du classique, alors que les autres baldaquinent allègrement, certaines clignotent, d'autres jaccuzitent

notre classe naturelle a fait que nous ayons la quatre au lieu de la soixante neuf

et nous, manque de bol, on voulait l'autre

TANT PIS, pour la peine, on engouffre nos croissants en déballant fièvreusement les accessoires

le reste, les photos le raconteront mieux que moi

JE T AIME EMMY LA FOLLE

 

 

 

 

 

10:20 Écrit par suzy dans AUTRE, Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.