09/10/2011

le pouvoir des mots

je viens de finir de lire le pa

quet de feuilles que tu as extrait de ton sac, comme tu sortirais un fromage ou un sauciflard

 

je suis allongée sur mon pieu, vidée, comme si je venais de m envoyer en l air, membres engourdis et yeux lacs

 

j ai veritablement joui

 

toutees mes resistances sont tombe

je suis  entrée en fusion avec tes ecrits, une telle fusion qui m 'a faite t'avaler

te prendre en moi

 

j ai lu

comme on regarde un cyclone se former et qu'à la fin, emportée, on fait corps avec lui

 

j écris n importe comment, je le veux ainsi

 

je ne vais pas relire

 

je veux t ecrire sous le choc de cette musique que tu as imprimée en moi

 

ce que tu as secoué est comme "une invitation verbale des tissus organiques"

un vertige que je ressens au quotidien mais que tes mots  DELIVRENT VRAI

 

si je t ecris en pleurant c'est que j ai rarement  lu de textes qui m'aient tant secouée

ce royaume que tu sors de l ombre, cette prison royaume-devrais je dire_ que tu explores

si profondement et ces ramifications infinies de la sensation...

 

quel talent VINCENT

 

tu confirmes mes croyances que seule la poesie permet de transmettre la vie qui autrement est indescriptible

 

quelle révélation, quelle ouverture illimitée mon Vinc, comme les PROKOFIEV que tu postes, quel tourbillon, quelle danse vertigineuse sur les tombeaux, papillons des tombeaux

 

tes écrits m ont essouflée et en même temps offert une autre respiration

mon être s agrandit dans cette corrida de l auto derision de notre condition

 

quelle elegance de vue et comme tu redonnes à la langue toute sa subtilité grinçante

 

ce mariage sublime d un regard decalé, et d un esprit libre jusqu'à l envol

 

20:47 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.