01/05/2012

notes de lecture

"nous avons encore et toujours affaire à de tels sombreurs et à de tels culs de sac, me dis je

et je marchais rapidement contre le vent"

thomas BERNHARD, le naufragé

"je ne puis ce soir, je ne peux jamais que me coucher dans ma peau, dans ma sueur inquiète,

et ma nuit , sans adjectif"

Jean CLAUDE PIROTTE, CAVALE

 

"je m en vais voir ailleurs, si j y suis"

ERIC PIETTE, VOZ

15:07 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.