03/05/2012

no more

j ai digéré l idée, eu le temps de la vomir

il ne reste plus qu un arrière goût aigre dans tout mon être

 

mon coeur a fini d être monomaniaque

et tout d un coup, mes yeux regardent ailleurs

 

le mot faim, s ecrit fin

 

tristesse d une impasse qui fut un jour le boulevard du monde

tristesse des projets avortés

des lenteurs qui ont mené à plus d envie

 

le feu s est éteint, faute d être alimenté et les braises sont factices comme celle

d une fausse cheminée

11:41 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.