26/05/2012

VERS L AINE

j 'aime nos lumières étreintes

nos histoires d 'allumés

j aime quand tu viens me voir

la guitare sur le do

m envoyant dans les cordes

derrière les rideaux

 

qu'on parle ou qu'on silence

nos braises s'entretiennent

nos echos

chantent au soir

BRASSENS

ou bien vers l'aine

 

toi,

tout en retenue

moi tout en débordance

les mêmes essentiels

dans ces folles differences

tu declares forfait

et moi

je connivence

 

je surjoue contre joue

toi

tu fermes les yeux

le vertige nous balance

où nait la fulgurance

je te prends dans ma bouche

je goûte ta semence

 

je suis un sparadrap

sur une peau ecorchée

toi

un je ne sais quoi

un vrai maitre à panser

on fait des ricochets

 

la fée au nez mutin

et aux yeux d esquimaude

ne sy est pas trompée

on est aux antipodes

et pourtant...

 

j avais bien decidé

de me mettre à l abri

de plus jamais te voir

et je te prends

amoureux

dans un lit de hasards

 

je laisse les contes de fées

alimenter les rêves

et je sais oui je sais

qu il n existe de l amour

pas de definition

son visage est si vaste

si chargé d 'emotions

 

vouloir l emprisonner

serait bien impudent

j aime tant frissonner

de dehors, de dedans...

 

 

 

 

08:00 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.