12/07/2012

rough diamond

t abriter dans mes plumes

figer ton sourire, à jamais

sur la porte des cieux

 

tu es une femme

et encore une enfant

à la lisière des deux

une mère

 

tes rêves font briller les étoiles

tu te remets à exister

tu grignotes la vie

doucettement

 

ce soir

un soir à la fois

l eternité stoppée

dans des draps rose bonbon

des rires, des bulles

des fulgurances

 

et puis un bruit de papier froissé

et un coeur raccommodé, à grand peine

qu il ne faut pas toûcher

09:13 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.