02/08/2012

trahison

tu dors , de ce sommeil si peu reparateur

où la realité vous rejoint sans merci

tu dors, je caresse ton petit visage exsangue

je lui redessine des joues rondes

celles que tu avais, tu sais

avant LUI

 

tu sursautes

prononces des phrases incompréhensibles

et une grosse larme roule sur ton petit  nez mutin

toi, qu on n a pas laissée vivre

toi, dont on a sucé toute la substance

toi, qui n existais plus

que par LUI

 

reveilles toi mon ange

ouvre les yeux

deploies ce sourire lumineux

qui n appartient qu à toi

reappropries toi ton corps, ton coeur, ta vie

qu on t a piqués

 

toi ma beauté aux hanches rondes

tu n es plus qu une brindille

qu une ombre

 

toi, ma pure qui contruis

comme une petite abeille

toi devant ce château de sable

où IL est venu donner un coup de pied

toi qui l a sorti de son rien

qui lui a appris qu il valait mieux

toi qu il a remerciée en te castrant

prends conscience

reveilles toi

IL a tout fait pour t endormir

IL S EN VA

TANT MIEUX

IL a fait son travail de sape

 

reconstruis toi mon ange

ouvres grandes tes ailes

la vie est là qui t attend

 

 

 

18:24 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.