08/08/2012

le violon de mon oncle

l autre jour, en allant à la cave

je me suis aperçue , car c est lui que j allais rechercher

que le violon de mon oncle avait disparu....


le violon de mon oncle,

c etait plus qu un violon=

c etait sa mémoire;

son signe distinctif...


quand nous allions visiter mon oncle et ma tante

à charleroi

nous ne sommes jamais repartis

sans avoir préalablement

demandé à mon oncle de nous jouer

un morceau

oui, je sais, ce n etait pas très gentil

de se moquer ainsi d un vieil homme

mais rien de malveillant car nous l adorions tous



mon oncle sortait, avec moultes precautions

le violon d un étui tapissé de feutrine rouge

la première fois qu il nous a fait son numéro, nous nous sommes

tous pris à croire qu il etait un virtuose


 il se mettait sur un pied, on n a jamais compris pourquoi;

ecartait ses narines qu il avait déjà plus larges que la moyenne

jusqu'à ce que son appendice nasal

ressemble à celui d un nasique

et en écarqillant ses petits yeux

protégés par des binocles en cul de bouteille

attaquait et là je pèse mes mots,

un morceau de son choix, toujours le même

que nous avions toutes les peines du monde à reconnaitre

sans l intervention salvatrice de ma tantine


mon oncle massacrait les notes

et son attitude ne tardait jamais

à nous  agiter de fous rires que nous essayions

de reprimer jusqu'aux limites de l etouffement


voler cet instrument

quel sacrilège

ce n etait pas un instrument

c etait une boite à rires

une attraction durant les dimanches pluvieux

après les repas inmangeables de ma tante

ce violon c etait une torture de plus mais un délice aussi

il resonnait comme une crecelle

mais nous l aimions tous tellement



voilà que des ladres,

des vilains

s en sont emparés

sans vergogne

pour  le vendre

dans je ne sais quel marché aux puces

vendre ainsi l histoire des dimanches d une famille

quelle honte


tonton, si tu les vois

fais les donc trébucher dans la fange

écarte tes narines

enlève tes binocles

fous leur la trouille

avec ton accent carolo à couper à la tronçonneuse

tu sais celle que tu imitais si bien avec ton violon


qu ils soient maudits







15:18 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.