04/09/2012

librerrance

je n aime pas le mot libraire, je lui préfère celui de librerrance

qui donne au principe de jouissance de la lecture un goût d infini...

 

j ai grandi en grande partie, chez ma tante, entre les livres qui furent mes amis invisibles

pendant les siestes infinies de ma tantine, les pages piquées de ses bouquins  et les trésors qu ils recellaient

 m offraient des univers où je penetrais comme une voleuse et que je squattais avec bonheur

 

je les feuilletais, commençais pas lire la fin

et quand j aimais alors j y penetrais de plain pied

je me souviens de l importance qu avaient les titres, je regardais les tranches dans l espoir de sentir un appel

 

"le livre c est l âme de celui qui l a écrit et de ceux qui l ont lu, ont vécu et rêvé avec lui.

chaque fois qu un livre change de mains, promène son regard sur ses pages, son esprit grandit et se renforce"

 

le merveilleux des librerrances ou librairies comme "cent papiers", c est la possibilité de s y attarder, de boire un verre, de discuter, et d aller explorer derrière chaque couverture de livre tandis qu'au delà de ces richesses , s ouvre le monde, la vie d un quartier, le reste du monde satisfait de n avoir pas à regarder plus loin que son nombril

 

tandis que vous, vous êtes là dans toute cette richesse à decouvrir...

 

 

 

 

10:00 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.