10/09/2012

DIGNE

DIGNE

le souffle court

le corps marbrifié, bleui

petrifié

DIGNE

les lèvres desséchées

par la bombe H

DIGNE

tu parles de culture

de beauté

la voix n y est plus

elle s est perdue

accrochée

comme un soleil gelé

dans la nuit

DIGNE

avec ce regard etincelant

d intelligence

dans l inertie d une machine

qui ne fonctionne plus

DIGNE

DIGNE

ET LA LUNE EFFRAYANTE REGARDE

COMME UN VIEUX FOSSOYEUR

REGARDE UN NOUVEAU NE

 

 

11:35 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.