04/11/2012

habitante du désert

JE NE SUIS PAS PEULE

MAIS BIEN ISSUE DU PEUPLE PEREGRIN

JUIVE MAROCAINE

j ai navigué, à cloche coeur, d exode en exode :

PARIS CHAOS d un mois de mai

BRUXELLES LA XENOPHOBE qui ma vue me teindre en blonde

NARIOBI

DANS CE TERRIBLE KENYA

traversé de part en part par une immense cassure-cicatrice : LA VALLEE DU RIFT

j ai pris forme, lorsque, bizarrement mon corps s est brisé

comme la terre qui le portait

et que toutes mes voix se sont libérées en une sorte de CRI ULTIME

le cri sourd que l on pousse quand la camarde vous appelle

et qu on trouve bizarrement un sens à sa vie

 

le MAROC etait bien loin avec ses enfant juifs, arabes et catholique tous réunis à la marelle

dans les rues ensoleillées

mon existence s est rappelée à moi dans l eclat d une déchirure

ainsi devenue tas de chairs , à peine articulée, j ai commencé à ecouter mes rebellions intestines

j ai appris à me faire attentive à l autre, à considerer la mère, la femme, la fille que j etais

 

j ai sondé la nature violente de mes passions, de mes errances, réexaminé mes choix dans cette chambre sterile d hopital kenyan

 

je suis donc née bien tard , dans le tumulte de la douleur, dans l atmosphère lourde d un corps qui ne VEUT PAS CEDER

 

aujourd hui je laisse un espace de parole à toutes mes voix, à toutes ces femmes qui me constituent

09:51 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.