13/11/2012

mais voir un ami...

il y a eu notre première rencontre

tu m as lorgnée impitoyablement, au dessus de tes petites lunettes de stakhanoviste

et j ai su , au premier regard , que nous allions vivre quelque chose d inclassable

t avais l air d un animal blessé

la lumière semblait trop intense pour toi car je crois que tu la voyais au travers des souterrains du sommeil

 

et puis , nous avons decidé de changer d endroit

le café versailles avait ses limites

ta demarche ressemblait à une fuite interminable

tu semblais vaciller, perdu dans un abime de grisaille

 

tu m as appris le goût de la chimay bleue

ton visage accidenté ressemblait à une toundra

tu parlais, tu riais, tu buvais, tout etait dans la démesure

 

il faudra comprendre la leçon du chagrin

qu un geste suffit à écarter

il faudra comprendre le corps qui s eteint comme muni d un réostat

 

il faudra comprendre le frisson

que nous mettons chaque jour de coté

sans savoir s il annonce

ou abrège le souffle d autres vies

 

Il faudra réapprendre à aimer st gilles

 

 

22:46 Écrit par suzy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.