13/07/2007

la pensée du jour d'ANTONIN ARTAUD

  • "La grande obsession de la conscience c’est le mal, l’assouvissement sans barrière de je ne sais quel abject désir, entre l’érotisme et la charogne, qui chaque nuit passe sur tout le monde."


12:59 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/07/2007

TU M CHAVIRES MP BELLE

Tu m'chavires
Tu m'attires
Je te veux
Tu m'chamboules
Je m'enroules
Y'a pas mieux
Tu m'emballes
J'me déballe
Sous tes doigts
Je frissonne
M'abandonne
Dans tes bras
Tu m'renverses
Tu m'inverses
C'est géant
Tu m'implores
Tu m'explores
C'est gênant
Tu m'allumes
J'me consumme
J'suis dans tous mes états
L'effet que ça m'fait ces jeux-là

L'amour ça va l'amour ça vient
Chaque fois qu'ça r'part ça revient
Ça fait du mal ça fait du bien
C'est animal mais c'est bien

Tu m'éclates
Tu m'épates
C'est bien toi
Tu m'inspires
Je transpire
J'suis plus moi
Tu m'impliques
Tu m'expliques
Je comprends
Tu compliques
Je panique
Tu reprends
J'te supplie
J'me déplie
Tu t'déploies
Tu m'imploses
Tu m'exploses
Quel exploit
Je m'applique
Tu m'appliques
Tout le kamasutra
Tu m'honores
Je m'endors
Tu r'mets ça

L'amour ça va l'amour ça vient
Chaque fois qu'ça r'part ça revient
Ça fait du mal ça fait du bien
C'est animal mais c'est bien

Tu inventes
Tu te vantes
J'en ai marre
J'overdose
C'est morose
Le plumard
Tu insistes
J'me désiste
J'ai tout vu
Tu m'ennuies
Tu me nuis
J'te salue
T'es parti
Je pâlis
T'es pas là
J't'aime encore
J'veux ton corp
Reprends-moi
J'suis tout' nue
T'es r'venu
T'es tout nu
J'en r'viens pas
Je rêvais de sauter un repas
J'suis tout' nue
T'es r'venu
T'es tout nu
J'en r'viens pas
L'effect que ça m'fait ces jeux-là
L'effect que ça m'fait...
L'effect que ça m'fait ces jeux-là

14:57 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

ton passeport

imagesnous ne parlions pas la même langue, toi et moi

j'avais 7 ans et toi dix fois plus

je regardais tes mains gercées

et se creusait la distance, encore plus fort

 

tu portais un foulard noué sur la tête

et moi, je me demandais ce qu'il pouvait y avoir dessous

la cuisine était ton royaume, tu n'en sortais que pour nous

servir , faire un repas frugal et aller dormir.

 

tu parlais peu, mais tu caressais beaucoup

aujourd'hui, en nettoyant mon tiroir

j'ai retrouvé ton passeport marocain vert et or

avec ta photo et ton visage imperturbable et sérieux

style photo d'identité des pays africains

 

et me sont revenus... l'odeur de ta peau

la douceur des pans de ta jupe

les placards que tu parfumais à la cannelle

le goût de ton poisson de vendredi soir

l'odeur entêtante de l'eau de cologne flores del campo

dont tu t'aspergeais avant le shabbat

 

l'amouroir, en un mot

 

 

14:29 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/07/2007

TO BE OR NOT TO BE

Christer Strömholm spider

"Habiter le présent, laisser fuir la vie. Echapper à sa déchéance en devenant femme, animal, enfant ou philosophe.
Se perdre dans la virulence et la complexité du rudimentaire, s’exposer, se laisser traverser par les choses."

 

(Unknown)



14:03 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/07/2007

GIPSY CARAVAN A NE PAS RATER AU CINEMA

WhenTheRoadBends-NatfilmUne éblouissante incursion dans le monde musical des Tsiganes, juxtaposée à leur réalité quotidienne. Ce magnifique documentaire exalte la somptueuse musique de musiciens gitans de renommée internationale, tout en y entrelaçant d’émouvantes scènes de leur vie quotidienne au pays et de leur environnement social. Tournées par l’icône du documentaire Albert Maysles, les scènes se passent lors de la tournée de concerts de la Gypsy Caravane ou Caravane Tsigane en Europe et aux Etats-Unis, ainsi qu’en Espagne, Macédoine, Roumanie et Inde, sous la direction de Jasmine Dellal, dont le récent long métrage American Gypsy a été unanimement salué pour son remarquable portrait d’une famille tsigane américaine en butte à une décennie d’épreuves.

13:54 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

el duende, hombre!!!

imbonheur

les remous du corps

les meandres de l'âme

le bouillonnement des tripes

la passion en essence vitale et fondamentale

PRIMORDIALE

le vertige, le frisson , la chair de poule

enfin RIEN de ce que l'on peut DOMESTIQUER

c'est celà LE DUENDE

13:44 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/07/2007

GEORGES PERROS - PAPIERS COLLES

Jeremy Stigter books"Tant qu'on n'est rien, on demande aux autres de nous trouver quelque chose"

15:31 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/07/2007

HE OUI!!!!! (artist for ever)

web_E104_IamanArtistCOMMENT ETRE UN ARTISTE?

Trouvé par Patrick Marchal sur le mur d'un appartement à New York, à la fin du siècle dernier…

 

Restez calme - Apprenez à regarder les escargots - Plantez des jardins impossibles - Invitez quelqu'un de dangereux à prendre le thé - Ecrivez des petits mots où il est marqué "Oui !" et scotchez les partout chez vous - Apprivoisez la liberté et l'incertitude - Réjouissez vous à l'avance de vos rêves - Pleurez au cinéma - Balancez vous aussi haut que possible sur une balançoire, au clair de lune - Cultivez des humeurs - Refusez d'être responsable - Entreprenez tout par amour - Faites beaucoup de siestes - Faites don de votre argent - Tout de suite - Il en viendra d'autre - Croyez en la magie des choses - Riez beaucoup - Célébrez chaque splendide moment - Prenez des bains de lune - Ayez des fantasmes fous, des rêves transformateurs, et restez d'un calme parfait - Gribouillez sur les murs - Lisez chaque jour - Imaginez vous que vous avez des pouvoirs magiques - Riez avec les enfants - Ecoutez les vieilles personnes - Ouvrez-vous - Plongez - Soyez libre - Repoussez la peur - Jouez avec tout et n'importe quoi - Distrayez votre enfant intérieur - Vous êtes innocent - Construisez un fort avec des couvertures - Mouillez-vous - Serrez les arbres dans vos bras - Ecrivez des lettres d'amour

09:19 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/06/2007

neruda (carnets de voyages)

imagesOh! long Train de Nuit
souvent
au Sud en direction du Nord,
au milieu des ponchos mouillés,
des céréales,
des bottes que la boue raidit,
en Troisième,
tu as déroulé la géographie.
C'est peut-être alors que j'ai commencé
la page terrestre,
que j'ai appris les kilomètres
de la fumée,
l'étendue du silence.

Pablo Neruda : Mémorial de l'île Noire (1964. extraits)

 

machu piccu

Sube a nacer conmigo, hermano.

Dame la mano desde la profunda
zona de tu dolor diseminado.
No volverás del fondo de las rocas.
No volverás del tiempo subterráneo.
No volverá tu voz endurecida.
No volverán tus ojos taladrados.
Mírame desde el fondo de la tierra,
labrador, tejedor, pastor callado:
domador de guanacos tutelares:
albañil del andamio desafiado:
aguador de las lágrimas andinas:
joyero de los dedos machacados:
agricultor temblando en la semilla:
alfarero en tu greda derramado:
traed a la copa de esta nueva vida
vuestros viejos dolores enterrados.
Mostradme vuestra sangre y vuestro surco,
decidme: aquí fui yo castigado,
porque la joya no brilló o la tierra
no entregó a tiempo la piedra o el grano:
señaladme la piedra en que caísteis
y la madera en que os crucificaron,
encendedme los viejos pedernales,
las viejas lámparas, los látigos pegados
a través de los siglos en las llagas
y las hachas de brillo ensangrentado.
Yo vengo a hablar por vuestra boca muerta.
A través de la tierra juntad todos
los silenciosos labios derramados
y desde el fondo habladme toda esta larga noche
como si yo estuviera con vosotros anclado,
contadme todo, cadena a cadena,
eslabón a eslabón, y paso a paso,
afilad los cuchillos que guardasteis,
ponedlos en mi pecho y en mi mano,
como un río de rayos amarillos,
como un río de tigres enterrados,
y dejadme llorar, horas, días, años,
edades ciegas, siglos estelares.

Dadme el silencio, el agua, la esperanza.

Dadme la lucha, el hierro, los volcanes.

Apegadme los cuerpos como imanes.

Acudid a mis venas y a mi boca.

Hablad por mis palabras y mi sangre

11:17 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/06/2007

JACQUES A DIT

12148316_p"quand le diable fait la cuisine, le bon dieu se met à table et le pauvre monde nettoie les fourneaux"

 

"Saint martin a donné la moitié de son manteau à un pauvre: comme çà, ils ont eu froid tous les deux"

 

"la théologie c'est simple, comme dieu et dieu font trois"

"la meilleure facon de ne pas avancer, c'est d'avoir une idée fixe"

 

PREVERT

12:49 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/06/2007

JF SPRICIGO PHOTOGRAPHIE ET MOREAU CONFERENCIER AU BOTA

moreau
* « Il est facile d’être un faiseur. Il suffit de donner du paraître, toujours plus de paraître, à la florissante entreprise des faillites de l’être. L’ « air du temps » est propice aux faiseurs. Le temps des faiseurs s’emploie à accoutumer le regard - l’esprit aussi - à la séduction vénale des mirages de société. Il le conditionne à la berlue, en tant que valeur marchande. Au fond, quand on y songe, rien de plus proche de la prostitution qu’un regard, en cette époque où le spectaculaire décide, en maître, du destin des hommes et des choses. A l’immense devanture des images, les apparences offrent leurs charmes au regard. Le regard ne met pas longtemps à acheter son plaisir de regarder. Les profondeurs peuvent aller « se rhabiller ». Nue, leur vérité décourage la crédulité, jugule le vice, nous rappelle que la connaissance n’est pas fille facile, dont on jouirait à la sauvette.
Elle n’est donc pas de mise. »

* Extrait d’un texte de Marcel Moreau à propos des images de JF Spricigo, Archimbaud éditeur.

15:28 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

27/06/2007

à deux

83747_1180351055_smallje me demande bien tard si je sais ce qu'est le bonheur

je ne crois pas l'avoir vécu

bien sur, j'ai connu des brûlures, des excitations paroxystiques

superbes, des jouissances fulgurantes.

 

mais ce n 'etait pas le bonheur, puisqu'insatiable, j'ai voulu sans cesse, recommencer, multiplier, accroitre

 

le bonheur doit être ailleurs, il devrait se prolonger en assouvissement de l'âme

 

le bonheur , je le meprise parfois chez les autres qui passent leur temps en compromissions, en lâchetés en tous genres

 

mais il doit exister , quelque part  , perseverant mais lucide, ni illusoire, ni beat!

 

 

18:39 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mes sources

l'Afrique noire, le Maroc, les femmes, les Arts, les musiques au corps, la cuisine au coeur...

 maghreb

 Africa

 

 

 

 

 

 

 

 

collages rage 

collages gris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

collage feminin

 

 Moona orange montage 

15:24 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

26/06/2007

romero, aie mi romero

flamencoQUE CE SOIT LA REVOLUTION OU LA PAELLA

RIEN DE CE QUI EST ESPAGNOL N'EST SIMPLE

 

MICHEL AUDIARD

18:25 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/06/2007

l'art de Jean Rustin

MarieAngeface à la veulerie et à l'obscenité du monde, il ne tergiverse pas, il ne fait qu'opposer une force qui peut s'avérer folie

la volonté d'extraire des tréfonds le hurlement muet  de la révolte impuissante de l'homme en souffrance

19:30 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

carnets de voyage

CAIREodeurs:

le Caire, un soir

 

La place grouillait de corps et de visages. Partout régnait une odeur de benjoin, de sueur  et de santal

 

On se précipitait aux fontaines pour se désaltérer. Les enfants trituraient des chapelets de jade. Les femmes scintillaient dans l'or des voiles et des kaftans

 

des senteurs tenaces de jasmin et de musc flottaient sur les étals

 

un vieillard qui se grattait le dos à l'aide d'une main d'ivoire vendait de l'eau de fleurs d'oranger

 

la ville noyée de fragrances sucrées avait la trame des songes...

08:01 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

23/06/2007

GOMBROWICZ , un Grand!

igombrowiczCitations inédites :

 

 

Ce n'est pas nous qui disons les mots, ce sont les mots qui nous disent.

 

Chacun porte son bonheur en soi.

 

L'homme dépend de l'image de lui-même qui se forme dans l'âme d'autrui, même si c'est l'âme d'un crétin.

 

Le meilleur remède à nos propres maux est le malheur d'autrui.

 

Lorsqu'on a vingt ans, on est incendiaire, mais après la quarantaine, on devient pompier.

 

L'homme réel est celui qui a mal.

 

Si vous voulez retrouver votre moi, allez chez votre dentiste.

12:55 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

21/06/2007

chhhht

silenceJe ne vous dirai plus les mots qui me dévorent
Car vous en useriez pour en faire votre pitance
Les tourneriez en bouche dans un tout autre sens
les videriez ainsi de leur propre substance
pour mieux les projeter selon votre convenance.

M’étant livrée entière, je vous ferais confiance,
Et deviendrais, trop tendre, votre plat de résistance.

Je ne vous dirai plus, je garderai le silence

18:00 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

la bulle

Caryn Drexl HANDSplonger au fond de la bulle

pour écouter la première musique de l'être

et s'émerveiller des armes du sang

et de ses sonorités babeliennes

17:33 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/06/2007

et pour la route...qq proverbes africains

imagesafr

" Si vous nagez dans le bonheur, soyez prudent, restez là où vous avez pied "

" Une femme qui veut que son mari lui achète une robe dernier cri aura toujours le dernier mot "

" Un homosexuel est un homme qui a souvent des états dame "

" Un a posteriori est un a priori favorable d’un homme envers une femme qui a un beau postérieur "

" Un homme plein de vices finit un jour ou l’autre sous écrou "

" Dans un régime fasciste, on n’apprend pas "je suis, tu es" mais "je hais, tu suis"

" Au théâtre, il faut toujours s'asseoir au premier rang, car si la pièce est ennuyeuse, au moins on en sort rasé de près "

" Mieux vaut habiter une maison en "L" qu'un château hanté "

" Un policier de proximité est un policier qui tire à bout portant "

" On peut dire de quelqu'un qui s'est pris une veste qu'il s'est fait saper le moral. "

" Tueur à gages, c’est un métier comme un autre; tous les jours, on pointe, la seule différence, c'est qu'après, on tire. "

" Si un décorateur vous propose des rideaux vert empire, exigez les mêmes en mieux "

" La montre molle est une invention de Salvador Dali, particulièrement adaptée aux horaires souples et aux journées élastiques, mais inutilisable quand les temps sont durs "

15:12 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

18/06/2007

goupille

gode save the queen!
il y a des jours où ....
Je panse donc je fuis
bleux au coeur et rouge aux lèvres
goupille-la-folle, c'est moi

10:30 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/06/2007

ton v...

tendu comme une peau de tambour

doux comme un coussin de plumes

rond comme la Terre

prometteur comme une pochette surprise

habité comme les rêves étoilés

mysterieux comme la genèse

insolent comme l 'amour

 

10:12 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

13/06/2007

l'amour est un sentier......LUMINEUX

megereje t'ai senti triste ce soir

tu m'as appelée, les raisons que tu as invoquées

je ne les ai pas crues: trop de travail

je sais que tu l'aimes ce travail alors,

j ai gratté

et derrière, j'ai senti  le canyon, le gouffre!

ta confiance m'a fait plaisir

je pense qu'à tes yeux

je dois avoir une valeur , une force

 

 

non , mon doux ami

on ne peut pas tout supporter

pour ne plus être seul

 

personne n'a le droit

de violer ton interieur

l'amour a le pardon facile

l'amour est indulgent

l'amour se construit,

jour après jour

pour que les mots je t aime

signifient quelque chose

il faut les prononcer

sans avoir besoin de parasiter

sans être parasité

il faut les prononcer serein

et dans la plénitude

 

sans quoi, ils signifient

seulement je ne m'aime pas

alors j'ai choisi de t'aimer

les mots disent des choses

mais ne doivent pas s y substituer

 

l aliénation commence dans

la dépendance amoureuse

une sission d'avec soi meme

une caricature de l'amour

 

pour aimer , il faut être bien....

 

 

 

 

 

20:18 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

12/06/2007

mamadoumadi

En Afrique, chaque fois qu'un vieillard meurt,
c'est une bibliothèque qui brûle

Comme on le dit au pays " quand la pluie te cogne, le crapaud croit que tu es son ami". John

Le soleil n'ignore pas un village parce qu'il est petit.

Ne te laisse pas lècher par qui peux t'avaler.

Le bruit du fleuve n'empèche pas le poisson de dormir.

Le vieux se chauffe avec le bois récolté dans sa jeunesse.

Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.

Un acacia ne tombe pas à la volonté d'une chèvre maigre qui convoite ses fruits.

Si un petit arbre sorti de terre sous un baobab, il mourra arbrisseau.

Ne pile pas ton mil avec une banane mûre.

Tous les blancs ont une montre, mais ils n'ont jamais le temps.

Là où le coeur est, les pieds n'hésitent pas à y aller " (proverbe togolais)

Le boeuf ne se vante pas de sa force devant l'éléphant.

Quand tu marches, le pagne dure; quand tu es assis, le pagne s'use.

La chèvre mange là où elle est attachée " (proverbe Camerounais).

Quand tu es boubou, tu sors boubou sur la photo.

Quand les éléphants se battent c'est toujours l'herbe qui est écrasée...

Le chien a beau avoir quatre pattes, il ne peut emprunter deux chemins à la fois .

Traverse la rivière avant d'insulter le crocodile.

Le grillon tient dans le creux de la main, mais on l'entend dans toute la prairie.

Trop de sel gâte la sauce.

Un tronc d'arbre a beau séjourner dans le fleuve, il ne se transformera jamais en crocodile! - (Sénégal)

Même si le gnou mange l'herbe, elle continue de pousser. " (Congo)

Un grain de maïs a toujours tort devant une poule. " (Bénin)

Un seul doigt ne peut prendre un caillou " (Mali)

Ne jette pas la provision d'eau de ta jarre parce que la pluie s'annonce. " (Togo)

Le fleuve fait des détours parce que personne ne lui montre le chemin" Proverbe Africain (Gabon)

Quand on n'a qu'une lance, on ne doit pas s'en servir contre

16:14 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

baby , baby it's a wild world

April - July 05 244SOPHpour tes" je t'aime" emmurés sous des gravats d'anathèmes

et ton ventre de reine qui porte en lui , la vie

pour ton prénom qui rime avec le mot suffit

je voudrais que tu t'ouvres  à l'aube de ma nuit

 

pour tes petites mains que je caresse en silence

et qui recèlent  le velours des reliquats d'enfance

pour ta manière à toi de taire tes pensées

pour tes jeunes années pas assez caressées

pour toutes tes angoisses et tes incertitudes

qui me jettent au labyrinthe noir

des pourquoi, des trop tard

pour tes baisers si rares

donnés à la sauvette

et ta peau fruitée

sur coeur  midinette

pour ta manière à toi

d être manichéenne

d'aimer ou detester

toujours jusqu'à l'extrême

 

JE T.....

15:54 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

09/06/2007

PROVERBES DU DESERT

imagestouaregTouareg

Au bout de la corde, la tente ; au bout de l'homme, la trace.
Bouche de miel, coeur de fiel.
C'est pendant que le vieux seau est encore là qu'il faut en fabriquer un neuf.
En quelque pays que tu entres, conforme-toi à ses moeurs.
Fais de ta plainte un chant d'amour pour ne plus savoir que tu souffres.
Les années ne peuvent se cacher dans un sac.
Les chameaux ne se moquent pas réciproquement de leurs bosses.
L'homme a inventé la montre, mais Dieu a inventé le temps.
L'oeil ne voit pas ce qui le crève.
Mieux vaut marcher sans savoir où aller que rester assis sans rien faire.
Mieux vaut passer la nuit dans l'irritation de l'offense que dans le repentir de la vengeance.
Mieux vaut se briser la jambe que briser sa parole.
Ne te lasse pas de crier ta joie d'être en vie et tu n'entendras plus d'autres cris.
Que celui qui réside fasse en sorte que celui qui passe ne le mésestime pas.
Qui fait ce que son père n'a pas fait verra ce que son père n'a pas vu.

12:30 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/06/2007

aphorisme de moreau

"LA DEMESURE EN AMOUR SERAIT LA PLUS HAUTE DES GRISERIES SI ELLE N AVAIT PAS L ASSOUVISSEMENT CONTRE ELLE. LA SOIF DEMESUREE DE CONNAISSANCE, ELLE, OUVRE SANS REPIT LE GOUFFRE DE L INSATIETE"

14:14 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/06/2007

l unidimensionnalité

MoutonsDePanurgevous, les dociles, les soumis qui ne souhaitez que mimetisme et immobilité,

vous qui consentez à la servitude volontaire, vous les moutons de panurge,

les individualités mutilées

les cohortes de conformistes

vous, les simulacres, les ombres

ne voyez vous pas que vous êtes déjà morts?

06:19 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

04/06/2007

promesse paralysiaque

imagespromesses d'avenir paralysiaque

caresse d'yeux piégés

flamboyances des chairs nues

fragrances de senteurs embusquées

je rends au hasard la fenêtre promise

obsessive la route de l'emotion

 

10:05 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

02/06/2007

le lit de la pompadour

imagespompadouren me promenant parmi les tapisseries et les brocards de chambord, j'ai été happée par son lit

un pieu énorme à baldaquins

elle devait être potelée LA POMPADOUR avec un bide opulent de bouddha chinois, un bassin fertile et accueillant .

Louis XV ne s y est pas trompé, il a aimé son corps solide, il l'a préféré aux morphologies à la mode

 

ainsi donc, il a aimé ce corps démodé pour lui même

c'est louche tout ça , c 'est pas clair

cà m'a donné à penser à mes consoeurs charnues, les lourdes, les encombrantes,

celles qui prefèrent s habiller en noir

 

celles qui ont le popotin génial, contrepoint hypertrophié d'une taille presque fine,assez fine pour que les mains n'en finissent plus de s'écarter jusqu'au bassin, celles qui honorent les amours à distance du squelette plutôt qu'à sa proximité

 

c'est beau  le choc des potelés dans un lit qui resiste, c'est biotellurique

ca donne envie de vivre, de s embarquer dans des fééries gloutonnes...

15:14 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |