17/06/2009

cirque convolution

images
pauvre société, bien plus malade que moi

en pleine déchéance, en plein besoin de paraitre

pour cacher ses immenses vides intérieurs

et qui me catapulte, sans pitié,  dans une nausée mentale

et dans une envie encore plus forte de donner un sens à ma vie

j'avance sur des chemins étrangers à son infirmité mentale

et qui me renvoient à ma solitude réparatrice

 

les tripes, la passion et la déraison habitent mon corps

et le mettent en révolution , JE NE VEUX RIEN Y CHANGER

JE NE PEUX RIEN Y CHANGER

ma structure a cassé, ce n'est pas par hasard

tout ce qui me reste est là , à l'intérieur, comme un bidonville

interlope et qui ne veut pas sortir de son chaos bouillonnant

 

 

11:25 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

16/06/2009

tellement proches

Tellement proches est une comédie sociale, comme souvent les comédies en France. Le film est vraiment drôle et touchant à la fois.  preuve, s'il en est, que vivre en famille s’apprend et que c'est une gageure . On constate que la famille qui est au coeur du film est complément loufoque, et que malgré tout elle n'est pas si loin de la nôtre.

On se rend compte avec amusement que vivre en couple c’est aussi vivre avec sa belle famille quelque soit sa religion, ses pratiques sociales, son passé, etc…

les familles dysfonctionnelles étant légion, on s'y retrouve allégrement

on passe un sacré moment de rires, je n'ai pas boudé mon plaisir(comme le reste des invités qui ont reservé une standing ovation au film)

certaines séquences sont totalement désopilantes... ( l'après midi d'un avocat pro-déo), la visite chez IKEA, les histoires d'amour d'une hystérique ),un medecin africain qui a du mal à se faire entendre vu la couleur de sa peau,  un   BENGUIGUI rajustant sa moumoute pour aller danser... je ne peux pas tout citer, car les gags se succèdent à un rythme effréné

en plus , ce film a le mérite de râtisser large, tous les publics peuvent y trouver leur compte

la distribution est excellente

ISABELLE CARRE

VINCENT ELBAZ

FRANCOIS XAVIER DEMAISON

TOUS EXCELLENTS...

bravo aux metteurs en scène

et aux deux jeunes producteurs bien inspirés dont il faut retenir le nom

 

 

 

l'avant première etait un moment de bonheur total; où OMAR SY nous a chanté

oû MME RENEE etait bien présente du haut de ses quatre vingt quatre ans

TOUTE L EQUIPE DU FILM AVAIT L AIR DE S ETRE BIEN AMUSEE AU TOURNAGE ET CA A LARGEMENT REJAILLI SUR LE PUBLIC

 

 

 

 

 

15:48 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/06/2009

MON GRAND PETIT

tellement prochesmon grand petit

je t'ai vu naitre
et tu n'as jamais rien fait comme tout le monde
tu n'es pas tout le monde, d'ailleurs

tu es arrivé couleur safran
et on a du te remettre du sang neuf
dès que tu as fait ton apparition sur la TERRE

je ne sais pas d'où venait cette hémoglobine
mais depuis , tu t'es avéré une force, une personnalité
un sacré bonhomme

tu n'as pas poussé normalement
mais tu n'as ménagé aucun effort, aucune piqure dans la cuisse

tu as la dent dure

et tes cuisses le devenaient aussi

 pour que ton corps s'allonge
et il s'est allongé
car ce que Yann veut....

tu ne seras jamais un geant en taille
par contre en envergure
je sais que tu le deviendras

je ne me derange pas à paris pour les fêtes, les évenements
sociaux, rien du genre

j'ai une santé pas geniale qui m'oblige à des choix
et là , MEME SUR UN PLUMARD  A ROULETTES COMME FRIDA KAHLO
JE VIENDRAI

c'est ton sacre, le premier film à succès que tu produis
comment ne pas venir???
Comment ne pas rendre hommage à ta volonté inébranlable
au courage de ton choix difficile
à ta ténacité
à ta pudeur
à ton unicité
j'ai toujours eu une admiration sans borne pour ta manière d'être
tu me fais penser à ce joli proverbe chinois qu'on attribue, comme tous les proverbes
chinetoques à CONFUCIUS
" si tu veux creuser ton sillon droit, accroche ta charrue à une etoile"

ta charrue va monter aux etoiles, je le sens
parce que tu AS TOUT POUR, et surtout parce que tu ne travailles ni pourla gloire, ni pour
rien qui ressemble à de l'esbrouffe, TU TRAVAILLES PAR PASSION DU CINEMA

JE T AIME FISTON CHERI

ME SENS TELLEMENT PROCHHHHHHE

MADAME ZOUZOU

13:18 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

MAKE UP YOUR MIND HOLOGRAMME OR ALIVE,

VENISE

OU HIROSHIMA

MON AMOUR???????

09:57 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

10/06/2009

PORTES ET BOUGIES

IM-47712-bougiesIL EST DES PORTES QUI ONT BEAUCOUP EN COMMUN AVEC LES BOUGIES D ANNIVERSAIRE QUI AUSSITOT ETEINTES SE RALLUMENT DE PLUS BELLE VOUS LAISSANT A BOUT DE SOUFFLE ET MU PAR UN SENTIMENT D IMPUISSANCE

 

 

 

 

 

CERTAINES PORTES QUE L ON CLAQUE AVEC VIGUEUR ET DETERMINATION

SE ROUVRENT DE LA MEME MANIERE QUE CES BOUGIES SE RALLUMENT

 

ALORS ET SEULEMENT ALORS ON COMPREND QU IL FAUT DU TEMPS POUR QUE LES GONDS LACHENT OU UNE SOUFFRANCE ENORME POUR S ADOSSER A LA PORTE ET LA TENIR FERMEE

 

 

 

 

09:01 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

extrait de kamouraska (HEBERT)

"L AMOUR MEURTRIER

L AMOUR INFAME

L AMOUR FUNESTE

AMOUR

AMOUR

UNIQUE VIE EN CE MONDE"

06:36 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

09/06/2009

L...

l 'anagramme de ton nom ne te va pas du tout

tu devrais t'appeler autrement mais Roeuc, ce n'est pas un vrai prénomRigolant

12:21 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

fuir les pouvoirs abusifs et les must sociaux

stresscomment se sentir mieuxCool 

recette imparable:

perfectionner avec  soin et pour son plus grand profit les techniques d'auto abrutissement, dans toutes les strates de l' existence

se debarrasser ainsi de soi même dans un sourire béat d'automate pour être considéré par son entourage comme bien sympathique....cool en un mot

cultiver un charisme discret à la base de consensualité et de non contradiction

cultiver le compliment bien tourné et vide de sens

et laisser couler dans son cerveau-BIDE  le lait de la quiétude

rester en superficie car la profondeur peut mener à la noyade

boire vin, bière et toutes les boissons psychotonicoantidepressivobeurkohaleine matinale

fumer un havane pour faire chic, à défaut cloper bon marché

ou se rabattre sur un pot de nutella en cachette en léchant sensuellement la cuillère

le nutella doit être consommé tièdE (contrairement à la VIE)

suite au prochain numéro.....

 

11:17 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

08/06/2009

MME FEDERER

J AI ADORE MADAME

LA FACON DONT VOUS LE REGARDIEZ VOTRE BATTANT DE MARI

VOTRE VICTORIEUX

QUI VOLAIT EN SERVICES ET EN PASSING SHOTS SUR LE COURT

SUEUR

LARMES

C ETAIT BEAU

BEAU COMME LES COMBATS

BEAU COMME LES VICTOIRES INESPEREES

 

15:02 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

03/06/2009

LES PHARES

BAUDELAIRE ETAIT CRITIQUE D ART POUR GAGNER SON PAIN

ce poème magnifique tiré des fleurs du mal, illustre parfaitement son talent de critique aussi....:

 

 

"RUBENS, fleuve d'oubli, jardin de la paresse,
Oreiller de la chair fraîche où l'on ne peut aimer,
Mais où la vie afflue et s'agite sans cesse,
Comme l'air dans le ciel et la mer dans la mer;

Léonard de Vinci, miroir profond et sombre,
Où des anges charmants, avec de doux sourires
Tout chargés de mystère, apparaissent à l'ombre
Des glaciers et des pins qui ferment leur pays,

Rembrandt, triste hôpital tout rempli de murmures,
Et d'un grand crucifix décoré seulement,
Où la prière en pleurs s'exhale des ordures,
Et d'un rayon d'hiver traversé brusquement;

Michel-Ange, lieu vague où l'on voit des Hercules
Se mêler à des Christs, et se lever tout droits
Des fantômes puissants qui dans les crépuscules
Déchirent leur suaire en étirant leurs doigts;

Colères de boxeur, impudences de faune,
Toi qui sus ramasser la beauté des goujats,
Grand cœur gonflé d'orgueil, homme débile et jaune,
Puget, mélancolique empereur des forçats,

Watteau, ce carnaval où bien des cœurs illustres,
Comme des papillons, errent en flamboyant,
Décors frais et légers éclairés par des lustres
Qui versent la folie à ce bal tournoyant,

Goya, cauchemar plein de choses inconnues,
De fœtus qu'on fait cuire au milieu des sabbats,
De vieilles au miroir et d'enfants toutes nues
Pour tenter les démons ajustant bien leurs bas;

Delacroix, lac de sang hanté des mauvais anges,
Ombragé par un bois de sapins toujours vert,
Où, sous un ciel chagrin, des fanfares étranges
Passent, comme un soupir étouffé de Weber;

Ces malédictions, ces blasphèmes, ces plaintes,
Ces extases, ces cris, ces pleurs, ces Te Deum,
Sont un écho redit par mille labyrinthes;
C'est pour les cœurs mortels un divin opium!

C'est un cri répété par mille sentinelles,
Un ordre renvoyé par mille porte-voix;
C'est un phare allumé sur mille citadelles,
Un appel de chasseurs perdus dans les grands bois!

Car c'est vraiment, Seigneur, le meilleur témoignage
Que nous puissions donner de notre dignité
Que cet ardent sanglot qui roule d'âge en âge
Et vient mourir au bord de votre éternité!
"

12:44 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

TO BE OR NOT TO BE

j ouvre les yeux et je pense au mot amour
si galvaudé, si vide de sens
l'autre nom de l'amour devrait être
l'écoute, la responsabilité, le soutien, le combat
on ne devrait JAMAIS se sentir seul quand on aime
ou qu'on est aimé ou les deux à la fois
l'amour devrait être l'ombre quand il fait soleil
le soleil quand il pleut
le baume sur la douleur
ou ne pas être
....

11:09 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/06/2009

et moi et moi et moi

La nuit était noire, sans lune. Le vent soufflait à plus de 100 kilomètres à l’heure. Il faisait se lever des vagues de plus de 10 mètres qui, avec un fracas effroyable, s’abattaient sur la frêle embarcation de bois. Celle-ci était partie d’une crique de la côte de Mauritanie, dix jours auparavant, avec à son bord 101 réfugiés africains de la faim. Par un miracle inespéré, la tempête jeta la barque sur un récif de la plage d’El Medano, dans une petite île de l’archipel des Canaries. Au fond de la barque, les gardes civils espagnols trouvèrent les cadavres de trois adolescents et d’une femme, morts de faim et de soif.

Et moi et moi et moi.....

 

 

 

 

 

 

15:40 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/06/2009

aie...coup de trompe

branches brisées,

herbes mortes, jungle devastée

l'éléphant est passé

 

13:21 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/05/2009

AIE C....

pom pom pom pom

pom pom pom pom

pommes pommes pommes pommes

08:58 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/05/2009

haiku de trafalgar

rêve brisé

après midi d'avril

sur une piste de latérite

21:25 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

haiku

imagesil est, quelque part, un champ de blé

qui frémit

comme un rêve d'enfant

21:17 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

le choix du roi....votez veaux tez

marre de vos tronches aseptisées

de vos utopies lobotomisées

de vos invectives à deux balles

de vos flyers inondant ma boite qui les dégueule avec mépris

sur quoi et sur qui comptez vous?

sur vos slogans débiles

sur notre mémoire immédiate

alimentée régulièrement par vos collages intempestifs?

sur notre ras le bol

qui va nous pousser à voter vert

pour aller rejoindre un parti que nous n'avons pas choisi

la question est ouverte

PEUT ON VOTER NUL?

plutôt que de s'abstenir filant ainsi nos voix éteintes aux alliances  Putassières????

 

VOUS LIEZ NOS MAINS INSIDIEUSEMENT

et vous vous offrez honteusement des vacances à nos frais

 

 et je tiens à vous dire, pourtant, que ce n'est pas moi qui ai collé sur vos augustes appendices nasaux une pastille rouge....

 

07:14 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

28/05/2009

HEADACHE

imagespourquoi ce besoin étrange de nous affirmer par réaction, par des compensations à nos manques....?

le seul pardon possible, c'est l'oubli, mais il n'est pas sur, car on n'en finit guère avec une querelle mal digérée

on pardonne selon son humeur, selon le jour; mais il y a des reveils cruels et des apaisements trompeurs...

il y a des maladies qui retournent la mémoire et font que ce que l'on a supporté longtemps n'est plus tolérable

la seule alternative c'est de considérer que nous sommes tout simplement humains...

face à l'être aimé,  on se retrouve dénudé et plein d'exigences utiles, de tourments indispensables, c'est une source d'humanité et d'évolution quotidiennes

 

 

 

 

19:53 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

27/05/2009

K.GIBRAN

"nous sommes comme les noix, nous devons être brisés pour être découverts"

00:02 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/05/2009

LE COUTEAU ET LA BLESSURE

imagesje suis le couteau

et la blessure

je suis la Tour de Pise

je suis un papillon épinglé

je suis une compression

une dépression, une marmite à pression

 

je suis une errance

un oiseau abattu en vol

je suis un noeud coulant

 

je suis une mère nourricière

aux mamelles mutilées

un hiver précoce

je suis une branche cassée

 

je suis une déconfiture

une âme mère amère

je suis le nez rouge d'un clown

une larme de tigre

 

je suis un emporte pièces

une allumette qui se consume

un requiem qui aime

 

je suis le couteau

et la blessure...

15:40 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/05/2009

support-herr

imagesveux être un vrai mec, un qui a des "balls"

et qui s'excite devant l'foot ball

j'veux être un vrai, un support-herr

écharpe mauve, bonnet assorti 

pour voir mon équipe engloutie

y'a rien de mieux pour les vrais hommes

que d'lâcher sa testostérone

devant l'écran d'télévision

d'laisser s'déchainer sa passion

on s'gare , on s'noue , on s'met en boule

quand c 'est litche qui gagne au footboule

tout çà à cause d'un pénal ouftiiiii

nous ander lèche on est maudits

çà vous repose de la cul -ture

celle qui vous fait fumer l'cerveau , là on le planque sous les pelures

on l'l'aisse un peu dans l'caniveau

avant c'était les gladiateurs

qui s'faisaient bouffer par les lions, z'avaient pas peur

et surtout z'avaient des supporteuuuurs

qui, pendant qu'ils s'faisaient avaler

criaient de joie et s'emballaient

dans les arènes du Colisée

tout çà, çà aide à oublier

qu'on est forcés de se grouiller

pour aller reprendre le collier

chaque matin à peine éveillé

juste le temps de s'débarbouiller

alors hurler avec les loups

çà vous permet d'lâcher du mou

c'est çà aussi , l'bonheur, après touuuuutCoolLangue tirée

 

 

 

 

 

 

 

08:34 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/05/2009

LOVE STREAM

LIBELLULEl amour est exigeant

il demande des préparations, des réserves, une rêverie préalable...

trop de rencontres, trop de facilité à se lier gênent le choix, engourdissent les instincts

la concentration du sentiment seule peut faire decouvrir dans un être TOUT CE QU IL PEUT DONNER

09:14 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

20/05/2009

la madone des sleepings

dans le capharnaüm de ma chambre ,

 

j'aime découvrir , le matin, ton visage fripé de sommeil

 

09:34 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

ballons d'oxygène

imagesune autoroute au soleil, les membres engourdis;

le bruit assourdissant des réacteurs, corps enfoncé dans un siège , promiscuité...

fellouque sur le Nil , soleil couchant..

petite route sinueuse aux confins du monde;

piste de latérite où se detachent au loin des silhouettes masais;

train de nuit dont le ventre halète d'impatience;

siège arrière d'une moto , bras serrés autour d'un ventre, visage au vent

et l'âme s'éveille au desir frissonnant  des portes qui s'ouvrent

des réalités inexplorées

des promesses d'éveil en couleurs

loin de toutes les dépendances...

09:30 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/05/2009

vrille

imagessensoriel et emotionnel

liés là dans ce noeud lancinant

comme une pluie d'automne

comme un jour sans lumière

comme un rongeur invisible et glouton

descente aux enfers

solitude impasse

la seule permanence, c toi qui me l'offres

ma douleur

tu vas , tu viens, tu montes, tu descends

tu m'desequilibres, tu m'ébranles, tu m'branles

dans un vertige incessant

tu m'oppresses , tu m'detresses,

tu m'ravages, tu m'enrages

tu me saignes, tu m'enseignes

le noir des caveaux

tu m'remparts, tu t'empares

tu repars pour mieux m'coloniser

tu m'désoles, tu m'étioles

tu m'affoles

tu m'immoles

sur tes brûlants bûchers

 

 

 

 

11:15 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/05/2009

fugue

imagescertains donnent le la

moi je donne le dos

j aime jouer avec les maux....

12:21 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/05/2009

aphorisme UZZUUL ET SUZY

Langue tiréeLA VIE N EST PAS UN COMPTE DE FAITS

10:50 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/05/2009

henri MICHAUX

calisto peretti"MA VIE

Tu t'en vas sans moi, ma vie.
Tu roules.
Et moi j'attends encore de faire un pas.
Tu portes ailleurs la bataille.
Tu me désertes ainsi.
Je ne t'ai jamais suivie.
Je ne vois pas clair dans tes offres.
Le petit peu que je veux, jamais tu ne l'apportes.
A cause de ce manque, j'aspire à tant.
A tant de choses, à presque l'infini...
A cause de ce peu qui manque, que jamais tu n'apportes. "
Extrait de "La Nuit Remue" Poésie/Gallimard

00:51 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

on tangue

imagesTango ou valse ?

 

Valse large, valse belle.

 

Comme le mouvement tournant des derviches qui marie la terre aux cieux

 

mon amour de toutes les énergies et pourtant de toutes les fatigues.

 

Mon étourdissement. Mon éblouissement.

 

Toi.

 

La fragilité d'une puce juchée sur les ailes d'un aigle.

 

La force d'une absence.

 

La puissante immobilité d'une vie qui danse.

 

 

00:35 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/05/2009

MOZART ET LA VIE

images j'écoute Mozart. Miracle de ces instants où tout commence et tout s'achève en un murmure...
Miracle de ces notes où l'on oscille entre la cruauté du "jamais plus" et la promesse du "pas encore". Miracle de cette lumière ténue qui suspend la tension du désir et le piège de la volonté
mourir sans un cri, couler dans le calme du soir, se dénouer, s'abandonner comme on sourit
juste pour restituer le visage ailé de la beauté, l'enfance des gestes, le bruissement de l'origine

rien de triste même si le tragique affleure, juste le sentiment que le réel doit être accepté et aimé

16:41 Écrit par suzy dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |